Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Goodyear Amiens-Nord : le tribunal met sa décision en délibéré au 20 juin

Astrid Gouzik , , , ,

Publié le

Le sort de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord est désormais entre les mains du tribunal de grande instance de Nanterre. Il examineront le dossier le 20 juin prochain concernant la validité du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) prévu par l’industriel.

Goodyear Amiens-Nord : le tribunal met sa décision en délibéré au 20 juin © D.R.

Le PSE prévoyant la fermeture de l’usine Amiens-Nord de Goodyear est-il valide ? Le tribunal de grande instance de Nanterre, saisi par le CCE de Goodyear et le syndicat CGT, a mis en délibéré au 20 juin sa décision.

Selon des informations rapportées par l’AFP, l’avocat du CCE Fiodor Rilov a formulé dès le début de l’audience  une demande de renvoi. Il a invoqué des "éléments nouveaux". L’avocat de Goodyear a lui jugé que cet argument n’était qu’une mascarade. Le tribunal a refusé la demande de renvoi.

Fiodor Rilov a affirmé que le CCE n'avait pas reçu d'informations "précises, loyales et complètes" pour rendre un avis sur le projet de restructuration, notamment en ce qui concerne l'avenir de la production de pneus tourisme, rapporte l’AFP. Il a également pointé du doigt la présence à Amiens-Nord de pneus "made by Titan", le groupe américain un temps candidat à la reprise. Il a déclaré y voir le signe que les relations entre les deux groupes sont plus étroites qu'ils ne veulent l'entendre. Par conséquent, il a demandé des "explications loyales et complètes de la restructuration, de son objet et de ce que l'activité restructurée va devenir".

"Cette information loyale, c'est ce que nous cherchons à faire depuis le début", a riposté l'avocat de Goodyear. Il a justifié la décision du groupe par le fait que Goodyear était "en difficulté depuis 10 ans" et avait un "endettement considérable". Il a dénoncé une "instrumentalisation de la justice". Selon l’AFP, l'avocat a indiqué que l'entreprise avait pris le soin de répondre "avec une extraordinaire précision" aux demandes du CCE, évoquant un "travail titanesque".

Quant aux pneus fabriqués par Titan, il a souligné que la direction savait bien "qu'il y a quelques pneus 'made by Titan' dans les stocks d'Amiens-Nord", assurant qu'il s'agissait d'une cinquantaine de pneus fabriqués chez des sous-traitants en Turquie et Israël.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle