GM : les syndicats font un geste, les créanciers maintiennent le suspense

Pendant que le constructeur avance petit à petit dans ses négociations avec les syndicats, la perfusion du gouvernement continue : 4 milliards de dollars de plus pour GM, et 7,5 milliards pour GMAC. Les créanciers obligataires et les salariés ont plus que

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

GM : les syndicats font un geste, les créanciers maintiennent le suspense
Chapitre 11 ou pas ? La fin du feuilleton devrait dévoiler son scénario lundi prochain au plus tard pour General Motors, qui a jusqu'au 1er juin pour boucler son plan de redressement. Ces derniers jours, le constructeur automobile a avancé dans la résolution d'une partie de ses problèmes. Cependant, il y a de grands risques que cela ne soit pas suffisant pour lui éviter la procédure judiciaire.

Restructuration de la dette : les syndicats plus conciliants

Jeudi 21 mai, GM a conclu un accord préliminaire (qui doit encore être voté par les salariés) avec le Trésor et le syndicat automobile UAW, pour modifier la convention d'entreprise de 2007. Les changements concernent les rémunérations et les prestations sociales, ainsi que le fonds dédié à la couverture maladie des retraités, appelé VEBA (Voluntary Employees' Beneficiary Association). Aucun détail n'a été communiqué, mais la presse américaine évoque une réduction de 1 milliard de dollars par an des coûts salariaux, ainsi qu'une diminution de la moitié des créances détenues par le fonds VEBA, qui passeraient à 10 milliards de dollars. La moitié de ces 10 milliards serait versée en actions, ce qui donnerait 39% du capital à l'UAW (50% irait à l'Etat). Il s'agit d'un pan important de la restructuration de la dette de GM.

L'autre pan concerne la dette obligataire non garantie de GM, qui s'élève à 27 milliards de dollars. Le constructeur et le Trésor cherchent à obtenir des créanciers l'extinction de 90% de cette dette, en échange de 10% du capital. Les créanciers ont jusqu'à mardi soir pour prendre une décision. Si leur réponse est négative, il semble que l'entreprise se dirige tout droit vers le Chapitre 11. L'ensemble de la dette de General Motors est répartie entre plus d'une centaine d'établissements financiers et 100.000 petits porteurs.

Vendredi 22 mai, c'est avec le syndicat de l'automobile canadien que GM est parvenu à un accord préliminaire. Celui-ci gèle notamment les pensions jusqu'en 2015, en échange de l'engagement de GM de financer le fonds à 100%. Ce qui n?a pas empêché le président du CAW de considérer que la faillite de GM était « très probable ».

Davantage de destructions d'emplois à craindre

Selon Detroit Free Press, qui suit de près l'actualité automobile, le futur plan de restructuration de GM proposerait la suppression de 3.400 postes de cols blancs supplémentaires (3.400 emplois de cols blancs ont déjà été supprimés cette année).

La perfusion continue

Pour l'instant, le Trésor américain continue de perfuser le constructeur, qui vient d'obtenir une aide supplémentaire de 4 milliards de dollars, portant le soutien apporté jusqu'à présent par l'Etat à 19,4 milliards de dollars.

Le Trésor a également versé 7,5 milliards supplémentaires à GMAC, la banque chargée du financement des crédits automobiles, en échange d'actions préférentielles. Le montage financier adopté fait entrer le Trésor au capital de GMAC, qui a été désignée pour prendre en charge les crédits auto de Chrysler pendant son passage sous la protection du Chapitre 11.

Raphaële Karayan

Dossier : Automobile, le crash

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS