GM Korea sauvé par un accord salarial de dernière minute

par Hyunjoo Jin
Partager
GM Korea sauvé par un accord salarial de dernière minute
GM Korea, la filiale déficitaire sud-coréenne de General Motors, a renoncé lundi à se déclarer en dépôt de bilan après avoir conclu avec un syndicat un accord salarial de dernière minute qui prévoit un gel des salaires de base et une réduction de certains avantages. /Photo 29 mars 2018/REUTERS/Kim Hong-Ji

SÉOUL (Reuters) - GM Korea, la filiale déficitaire sud-coréenne de General Motors, a renoncé lundi à se déclarer en dépôt de bilan après avoir conclu avec un syndicat un accord salarial de dernière minute qui prévoit un gel des salaires de base et une réduction de certains avantages.

Grâce à cet accord, le conseil d'administration de GM Korea a renoncé à solliciter un vote pour un placement sous administration judiciaire, a déclaré un porte-parole.

Le gouvernement sud-coréen s'est félicité de ce dénouement.

Le constructeur automobile américain avait créé une onde de choc en Corée du Sud en dévoilant en février un important plan de restructuration de sa filiale, qui prévoyait notamment la fermeture de l'une de ses quatre usines dans le pays et un plan de départs volontaires de 2.600 salariés.

GM réclamait des concessions salariales aux syndicats ainsi que le soutien financier de Séoul pour sauver trois usines dans le pays.

"Grâce au dernier accord, GM Korea sera une entreprise industrielle compétitive", a déclaré Kaher Kazem, directeur général de GM Korea, dans un communiqué.

L'accord permettra à la Korea Development Bank (KDB) d'apporter son soutien financier et à GM d'allouer à ses usines sud-coréennes de nouveaux modèles afin d'aider leur redressement, ajoute GM Korea.

La KDB est le deuxième plus important actionnaire de GM Korea avec une participation de 17%. Le constructeur automobile américain détient 77% de sa filiale et son principal partenaire chinois, SAIC Motor les 6% restants.

Le gouvernement a intensifié la pression sur GM et les syndicats pour parvenir à un accord, affirmant que sans un accord rapide, quelque 150.000 emplois chez le constructeur automobile et ses fournisseurs seraient menacés.

GM Korea doit encore négocier avec la KDB sur les modalités de son soutien financier, tout en essayant d'obtenir des avantages fiscaux et autres mesures du ministère de l'industrie.

La banque a déclaré à Reuters la semaine dernière qu'elle était disposée à signer d'ici le 27 avril un accord préliminaire en vue d'un soutien financier à GM Korea si le résultat de l'examen des comptes qu'elle a ordonné était probant.

"ÉNORMES CONCESSIONS"

Le syndicat a accepté la demande de GM Korea d'un gel du salaire de base, de l'abandon des primes pour cette année et d'une réduction des autres avantages.

Les futures revalorisations "dépendront du retour à la rentabilité de l'entreprise" et les augmentation ne pourront pas dépasser l'inflation, selon l'accord dont Reuters a pris connaissance.

En ce qui concerne l'épinseuse question des 680 salariés travaillant à l'usine de Gunsan, dont la fermeture est prévue en mai, l'entreprise s'engage à "mettre en oeuvre des options comprenant un programme de départ volontaire et des transferts" vers d'autres sites pour éviter des licenciements secs.

"Le syndicat a fait d'énormes concessions pour sauver l'entreprise", a déclaré Hong Young-pyo, un député du Parti démocrate au pouvoir ayant participé aux négociations, à l'occasion d'une conférence de presse.

Le syndicat était absent de la conférence de presse.

Au cours des trois dernières années, GM a cherché à se concentrer sur des marchés rentables, principalement la Chine et les Etats-Unis et sur les véhicules électriques et autonomes.

GM Korea, qui était au centre de la stratégie asiatique du constructeur américain, produit plus d'un million de voitures, totalement ou partiellement assemblées, à destination des Etats-Unis, de l'Europe et des pays émergents. La filiale a accusé une perte nette de 1,1 milliard de dollars (899 millions d'euros) en 2017 pour sa quatrième année consécutive dans le rouge.

La Corée du Sud est également un centre d'ingénierie pour les petits véhicules et les voitures électriques de GM et une bonne partie de ses fournisseurs s'y trouvent.

(Avec Ju-min Park et Haejin Choi; Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de Certification Clients Production Bio (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 21/01/2023 - CDD - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - TOULOUSE BUSINESS SCHOOL

Travaux de maintenance, réparation et rénovation sur le campus parisien de TBS Education

DATE DE REPONSE 03/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS