GM en quête de financement pour racheter Chrysler

General Motors éprouverait sans surprise des difficultés à trouver des investisseurs pour financer l'acquisition de son concurrent. Les deux constructeurs continuent donc à explorer d'autres pistes, comme un rapprochement avec Nissan pour Chrysler.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

GM en quête de financement pour racheter Chrysler
La question du financement semble être le dernier point d'achoppement dans le projet de rachat de Chrysler par General Motors. Déjà très endetté (à hauteur d'une trentaine de milliards de dollars), le constructeur américain pourrait avoir à s'en remettre à l'Etat pour mener à bien son projet, dans le contexte actuel de crise des liquidités. D'autant qu'il lui faudra également racheter la dette de Chrysler (9 milliards de dollars) si elle ne peut être refinancée, et aussi financer les suppressions d'emploi qui résulteraient du rapprochement.

Les dernières estimations évoquées par la presse américaine à ce sujet donnent le vertige. 30.000 à 40.000 emplois seraient menacés, ce qui représenterait un budget de 4 à 5 milliards de dollars pour GM. Les suppressions de postes toucheraient en premier lieu les salariés de Chrysler : plus de 50 % de l'effectif total (66.000 personnes). Mais plusieurs milliers d'employés de GM seraient aussi sur la sellette selon les analystes. Sans compter les dommages collatéraux chez les fournisseurs et les sociétés de service qui travaillent pour Chrysler. Autant dire que c'est toute la région de Detroit qui serait sinistrée.

Alternatives

Selon le Financial Times, GM continuerait donc d'explorer d'autres pistes pour se renflouer. Parmi celles-ci, l'arrivée d'un nouvel actionnaire qui injecterait des fonds.

Chrysler lui aussi courrait plusieurs chevaux à la fois. D'après le Detroit News et le Wall Street Journal, Nissan aurait proposé à Cerberus, qui détient 80 % du constructeur, de racheter 20 % du capital et de l'inclure dans l'alliance Renault-Nissan. On sait que Renault-Nissan cherche depuis longtemps un moyen de s'affirmer sur le marché américain, mais rien ne filtre pour le moment concernant les négociations avec Chrysler. Le rapprochement avec GM serait l'option favorisée par Cerberus, tandis qu'une alliance avec un constructeur étranger plairait plus aux syndicats, qui y voient moins de menaces en termes de redondance des activités.

De son côté Daimler, qui détient toujours les 20 % restant de Chrysler, chercherait toujours à les céder à Cerberus.

GM pourrait étendre ses mesures de chômage technique

Toutes les usines européennes du constructeur pourraient être concernées par les mesures de chômage technique déjà annoncées en Allemagne, selon un responsable syndical du groupe. L'ensemble de la production serait susceptible d'être interrompue les deux dernières semaines de novembre et de décembre. Au total, le groupe Opel veut baisser sa production de 40 000 véhicules d'ici à la fin de l'année.


Raphaële Karayan

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS