Global Bioénergies lance l'industrialisation de l'isobutène "bio"

La start-up française va construire une unité pilote industrielle de 10 tonnes par an d’isobuthène. Un projet coopératif mené avec entre autres Arkema, et soutenu à hauteur de 5,2 millions d’euros dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Global Bioénergies lance l'industrialisation de l'isobutène

Installé sur le site de la bioraffinerie de Bazancourt-Pomacle, près de Reims, un pilote industriel (500 litres) produira, à l’aide de micro organismes, des échantillons d’isobutène livrés à Arkema. L’industriel étudiera leur utilisation dans la fabrication d’acide méthacrylique (utilisé dans les peintures) et de verres organiques du type Plexiglas. Le procédé, mis au point par Global Bioénergies, était testé jusqu’ici sur un pilote de laboratoire de 42 litres. ARD, spécialiste de l’industrialisation des procédés de fermentation, et Processium (génie chimique), font partie du projet.

Ce pilote produira de l’isobutène de pureté "intermédiaire", qui convient pour les utilisations visées par Arkema. Un deuxième pilote industriel est prévu, plus gros (100 tonnes/an), et doté d’un système de purification qui donnera de l’isobutène de haute pureté, tel que celui utilisé par exemple dans la fabrication de chambres à air, balles et ballons.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le gaz de schiste ouvre un marché

"La production de gaz de schiste a pour conséquence la fermeture de vapocraqueurs de pétrole, et une situation de pénurie sur certains produits, dont l’isobutène, pour lequel il n’existe pas de voie industrielle alternative par synthèse chimique", souligne Marc Delcourt, PDG de Global Bioénergies. C’est donc une chance pour la start-up d’avoir misé en premier sur la fabrication d’isobutène par voie biologique, à partir de sucres d’origine végétale. Une voie métabolique artificielle, mise au point dans un laboratoire du Génopole d’Evry, et transférée dans un micro organisme.

" Nous n’avons pas de concurrent dans la bioproduction directe d’isobutène. En revanche, deux sociétés, Gevo et Butamax [une joint-venture de BP et DuPont], veulent produire en passant par l’isobutanol ", signale Marc Delcourt. Gobal Bioénergies, une fois le procédé validé, vendra des licences à des industriels.

L’entreprise a d’autres projets dans ses cartons. La biosynthèse de butadiène a été validée en laboratoire. La start-up est associée à Synthos, producteur de caoutchouc synthétique, qui va financer l’industrialisation. Pour la production biologique de propylène, également validée, le développement est en attente car plusieurs méthodes alternatives existent, et la voie mise au point par Global Bioénergies n’est pas aujourd’hui compétitive.

Thierry Lucas

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS