Global Bioenergies et Cristal Union s'associent pour produire 50 000 tonnes par an d’isobutène biosourcé

La PME Global Bioenergies, qui développe la production d’hydrocarbures à partir de matières premières végétales, crée une joint-venture avec la coopérative sucrière, Cristal Union. Son objectif est de construire en France une usine capable de produire 50 000 tonnes d’isobutène biosourcé par an.  Elle devrait démarrer en 2018.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Global Bioenergies et Cristal Union s'associent pour produire 50 000 tonnes par an d’isobutène biosourcé

Global Bioenergies enchaîne les étapes. Créée en 2008 pour développer la production d’hydrocarbures à partir de ressources renouvelables à l'aide de micro-organismes, l'entreprise annonçait tout récemment la livraison des premiers lots d’isobutène biosourcé à ses partenaires industriels Arkema et Audi. Le chimiste utilise de l’isobutène dans la fabrication de peintures acryliques, tandis que le constructeur automobile s’intéresse au biocarburant isooctane obtenu à partir de l’isobutène. Ces premiers échantillons ont été fabriqués à partir de sucres par une unité pilote (10 tonnes par an), près de Reims.

Nouvelle annonce de Global Bioenergies cette semaine, qui cette fois lance une coentreprise baptisée IBN-One, avec le groupe coopératif Cristal Union, 4ème transformateur de betterave en Europe. Cette entité sera chargée de concevoir et construire une véritable usine, d’une capacité de production de 50 000 tonnes d’isobutène par an. Le démarrage est prévu pour 2018. Mais d’ici là la PME aura démarré, en 2016, son démonstrateur (100 tonnes par an, 20 millions d’euros d’investissement), en cours de construction sur le site de la raffinerie de Leuna, en Allemagne.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

D’autres projets d’hydrocarbures biosourcés dans les cartons

IBN-One, société à 50/50 (1 million d’euros de capital) entre les deux partenaires, prévoit deux levées de fonds : 15 millions d'euros en 2016 pour financer l’ingénierie de l’usine, et 100 millions d'euros en 2017 pour la construction et le démarrage. La PME, qui emploie aujourd’hui 68 personnes, n’a pas pour vocation de rester un actionnaire de référence d’IBN-One, auquel elle a vendu une licence pour une usine de 50 000 tonnes. Son modèle d’affaires est de vendre d’autres licences à de futurs sociétés de projet IBN-n. IBN-Two est d’ailleurs déjà créée en Allemagne, mais c’est encore une coquille vide qui recherche ses partenaires et investisseurs.

Global Bioenergies a d’autres projets de production d’hydrocarbures par voie biologique (propylène, butadiène) dans ses cartons. Et estime que, en dépit des fluctuations du prix du pétrole, la tendance sur le long terme est favorable à la production à partir de sucres comparée à la production à partir de pétrole. Selon les calculs de la PME, aujourd’hui, sur le marché de l’essence, il faudrait un baril à 150 dollars pour que son biocarburant soit compétitif. Mais à 85 dollars le baril, le marché des plastiques et élastomères à base d’isobutène biosourcé serait déjà ouvert.

Thierry Lucas

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS