GL Bijoux repris par un fonds d'investissements

Le fonds d’investissement Renaissance Industries reprend le spécialiste du bijou plaqué et fantaisie, GL Bijoux, placé en redressement judiciaire en février 2013. Il s'engage à conserver 280 des 497 emplois et à apporter 2,5 millions d’euros de fonds propres.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

GL Bijoux repris par un fonds d'investissements

Le 1er avril, le fonds d’investissement parisien Renaissance Industries prendra officiellement le contrôle du groupe ardéchois GL Bijoux situé à Cheylard (Ardèche), placé en redressement judiciaire en février 2013 à la suite de problèmes récurrents de trésorerie qui l’affectent depuis plus de deux ans. Ainsi en a décidé mardi 25 mars le Tribunal de commerce d’Aubenas (Ardèche), quinze jours après avoir auditionné les trois repreneurs potentiels.

L'offre formulée par Eric Lefranc (PDG de Renaissance Industries) prévoit la reprise de 280 emplois sur un total de 497, ce qui de facto, signifie la suppression de près de 220 postes, et l’apport de 2,5 millions d’euros en fonds propres.

Pour redorer le blason de l’entreprise, labélisée Entreprise du Patrimoine Vivant en 2008, le repreneur entend notamment développer la vente en ligne, estimant que la vente dans les bijouteries est en déclin. Il compte également renouveler la gamme et diminuer le nombre de références qu’il qualifie de "pléthorique".

L'avenir des salariés licenciés

L’entreprise GL Bijoux sauvée, reste posée la question du devenir des quelque 220 salariés licenciés, auxquels il convient d’ajouter les 180 salariés qui ont vu leurs emplois supprimés en avril 2013. Située aux confins de l’Ardèche et de la Haute-Loire, la région des Boutières, où l’entreprise est implantée depuis sa création en 1917 par Georges Legros (d’où ses initiales), est excentrée et éloignée des grands axes de communication de la vallée du Rhône.

Jusqu’à ce qu’il connaisse ses difficultés, GL Bijoux était l’un des principaux employeurs du bassin avec les groupes Perrier (conception et fabrication de machines d’embouteillages) et Chomarat (textiles techniques). Sitôt la décision du Tribunal de commerce connue, le Conseil général de l’Ardèche a annoncé son intention de mettre en place un second plan d’aides en direction du territoire.

Frédéric Rolland

0 Commentaire

GL Bijoux repris par un fonds d'investissements

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS