[Gilets jaunes] Treize grands dirigeants français s'engagent concrètement face à l’urgence sociale

Un groupe de dirigeants de grandes entreprises a décidé de ne pas laisser s’ouvrir le grand débat national sans mettre sur la table une contribution pour sortir de  la crise. Il s’agit principalement de dirigeants de grandes entreprises de réseaux présentes sur tout le territoire.  Ces propositions sont plutôt concrètes car liées au cœur de métier des entreprises ou à leur force de frappe d’employeur.

 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Gilets jaunes] Treize grands dirigeants français s'engagent concrètement face à l’urgence sociale
Isabelle Kocher, DG d'Engie est l'une des 13 chefs d'entreprises à formuler des engagements concrets

Alors qu’Emmanuel Macron réunit ce 18 décembre ses ministres et Chantal Jouanno, présidente de la CNDP (commission du débat public) pour organiser le grand débat national suite à la crise des Gilets jaunes, 13 grandes entreprises s’engagent et invitent d'autres à les rejoindre. Leur promesse : des propositions concrètes pour faire face à l’urgence sociale.

Un certain nombre de ces entreprises ont déjà répondu favorablement au principe de versement de primes exceptionnelles à leurs salariés. Aujourd’hui elles mobilisent le cœur de leur savoir-faire : leur solution produits ou services et leurs forces de frappe en tant qu’employeur. L’appel est signé par les PDG de ces grands groupes : Sébastien Bazin d’Accor, Thomas Buberl d’Axa, Jean-Laurent Bonnafé de BNP-Paribas, Alexandre Bompard de Carrefour, Nicolas Thery du Crédit Mutuel, Dominique Lefebvre du Crédit agricole , Emmanuel Faber de Danone, Isabelle Kocher d’ENGIE, Sophie Boissard de Korian, Stéphane Richard d’Orange, Jean-Pascal Tricoire de Schneider Electric, Denis Machuel de Sodexo, Antoine Frérot de Veolia.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ce sont pour la plupart des entreprises de réseaux ou de grande consommation qui ont donc une présence sur tout le territoire.

Deux types d'actions

Ils expliquent s’être réunis en quelques jours car ils sont "conscients que de nos choix concrets, à tous - citoyens, salariés, épargnants, dirigeantes et dirigeants d’entreprise - dépend la société française que nous allons contribuer à construire ensemble."

Un premier volet d’actions vise à résoudre des problématiques de fin de mois comme des sujets de fractures territoriales ou de transport. La liste des propositions, à la Prévert, montre que chaque entreprise s’est appuyé son expertise métier. Il est par exemple question de développer avec les communes "un chèque eau" sur le modèle du "chèque énergie", d’ouvrir deux centres de télémédecine en région, une offre de prêt à 0,75 % sur 3 ans pour l’achat d’un véhicule hybride ou électrique, de monter une offre bancaire à 1 ou 2 € par mois pour les clientèles fragiles et modestes, 10 000 diagnostics gratuits de l’installation électrique de famille en précarité énergétique, de distribution de 100 millions de repas…

Doubler le nombre d'apprentis

En tant qu’employeur, les entreprises mobilisent leur capacité d’insertion et de formation. Chaque contribution est individuelle et n’engage pas forcément le panel des entreprises de l’appel, mais on retrouve beaucoup d’actions en faveur de l’apprentissage ou d’embauche de publics éloignés de l’emploi. Par exemple : l’augmentation de 50 % d’embauches d’apprentis issus de quartiers défavorisés ou de 40 % de ceux issus de zones rurales, le doublement du nombre de recrutements issus de Pôle emploi, la création de centre de formation professionnelle sur les services. Sur le volet formation continue, l’une des entreprises promet de doubler le volume d’heure dispensée aux salariés de l’entreprise.

L’engagement commun des 13 entreprises consiste à doubler le nombre de leurs apprentis pour parvenir ensemble à 35 000 apprentis en 2020.

Avec cet appel, les entreprises veulent montrer qu'elles sont une partie de la solution. Et que l'amélioration de la situation sociale viendra d'une meilleure inclusion dans l'emploi. Comme pour les politiques, l'attente sera forte sur la capacité à tenir ses promesses

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS