Environnement

[Gilets jaunes] La CFDT réclame un "pacte de la conversion écologique", le Premier ministre écarte l’idée

Sylvain Arnulf

Publié le

Réunir syndicats, patronat, associations pour trouver des solutions à la crise des "gilets jaunes" et accompagner la transition écologique ? L'idée, lancée par Laurent Berger (CFDT), n'a pas séduit le Premier ministre Edouard Philippe.

[Gilets jaunes] La CFDT réclame un pacte de la conversion écologique, le Premier ministre écarte l’idée
Laurent Berger estime que les syndicats peuvent aider le gouvernement à répondre à la colère exprimée par les "gilets jaunes".
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Quelle place les syndicats peuvent-ils prendre dans le mouvement dans "gilets jaunes" ? Aucun n’avait appelé à participer à la mobilisation le 17 novembre. Mais au soir de la manifestation, Laurent Berger, patron de la CFDT, a appelé à le gouvernement à prendre acte de la colère exprimée sur les routes de France, en s’appuyant sur les corps intermédiaires. "J'appelle Emmanuel Macron et Edouard Philippe à réunir très rapidement les syndicats, les organisations patronales, les associations pour construire un pacte social de la conversion écologique", avait-il lancé sur Twitter.

 

Dimanche 18 novembre, Edouard Philippe, invité de France 2, a poliment rejeté cette proposition. "J'entends ce qu'il a à proposer. Je ne crois pas que ce que demandent les 'gilets jaunes' soit une grande conférence avec les responsables politiques et des responsables syndicaux", a-t-il réagi. Mais "toutes les bonnes idées sont à prendre, toutes les bonnes idées sont utiles", a-t-il reconnu.

"Entendre la colère"

Invité de RTL ce 19 novembre, Laurent Berger, malgré cette fin de non-recevoir, a précisé sa vision d’un possible "pacte de conversion écologique". "La transition écologique doit s’accompagner de mesures sociales, notamment pour les ménages les plus modestes", a-t-il estimé. "Il faut des aides à la mobilté, à la conversion thermique des logements, une meilleure prise en charge des transports en commun".

"Il faut entendre la colère, même si elle est confuse, parfois contradictoire voire dangereuse. Face à cette colère, il faut faire avec les corps intermédiaires, avec ceux qui ont des propositions à porter. Trouver des solutions ne viendra pas d’un rapport direct entre les gouvernants et le peuple".

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte