Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Gilets jaunes et transition énergétique, le bal des faux-culs!

Pascal Gateaud , , ,

Publié le

Analyse

Gilets jaunes et transition énergétique, le bal des faux-culs!
La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) ne cessera ses activités, dans le meilleur des cas, qu’en 2020.
© D.R.

Sommaire du dossier

Le bal des faux-culs! Pardon d’être aussi trivial... Mais c’est bien ainsi qu’il faut voir le ballet des politiques, au premier rang desquels un ancien président de la République et son ancienne ministre de l’Écologie, qui tentent de récupérer le combat des Gilets jaunes en niant leurs actions et leurs engagements passés en faveur d’une nécessaire transition énergétique.

Responsables d’une hausse sans fin de la dépense publique et des impôts et taxes, soit par leurs décisions soit par leurs demandes répétées de nouvelles prises en charge par l’État, les voilà qui font assaut d’idées pour répondre au ras-le-bol fiscal. Oubliant qu’ils sont à l’origine ou qu’ils ont eux-mêmes amplifié les principales dispositions de la fiscalité écologique. Il leur est facile de contester le rythme et les montants de l’augmentation des taxes en la matière décidés par l’actuel gouvernement.

De la parole aux actes, il y a souvent un gouffre. Et pas seulement en termes de fiscalité ! Censée fermer à la fin du quinquennat précédent, la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) ne cessera ses activités, dans le meilleur des cas, qu’en 2020. Du moins si la nouvelle programmation pluriannuelle de l’énergie est respectée. Après avoir présenté cette feuille de route de l’État pour les dix prochaines années, Emmanuel Macron s’est vu accusé d’avoir cédé au lobby du nucléaire et à EDF. Le chef de l’État a surtout fait le choix du pragmatisme. Demander à EDF d’apporter la preuve qu’il peut concevoir un nouveau type de centrale nucléaire à l’opposé de ce qu’est l’actuel EPR semble un minimum avant d’engager la construction de nouveaux réacteurs.

Pousser les feux des énergies renouvelables les plus faciles à mettre en œuvre et les mieux acceptées par les Français relève du bon sens. Pour faire accepter la transition énergétique, il lui reste à convaincre le plus grand nombre de ses bienfaits, non seulement pour la planète, avec des émissions réduites de gaz à effet de serre, mais aussi pour les fins de mois, avec une baisse sensible de la facture énergétique – taxes incluses – de tout un chacun. Pas gagné...

Réagir à cet article

4 commentaires

Nom profil

06/12/2018 - 06h51 -

Qu'est ce qu'il ne faut pas lire n'empêche. Venez nous aider, nous autres pauvres ingénieurs incompétents et arc-boutés dans le passé à inventer ces merveilleuses solutions que vous évoquez : véhicule plus léger, énergies renouvelables sans déchets (sic). "Y'a qu'à / faut qu'on" comme on dit.
Répondre au commentaire
Nom profil

05/12/2018 - 19h04 -

Mais il n'est pas nécessaire de construire de nouvelles centrales atomiques pour pouvoir stocker l'énergie.On pourrait même devenir totalement autonome ! Rien qu'avec le moteur des renouvelables donc sans déchets ! Evidemment pour ça il faudrait pouvoir trouver des interlocuteurs crédibles. Ce qui ne court pas les rues ! Surtout lorsqu'on comprend que cette transition, qui à mis le feu aux poudres en mettant les gilets jaunes dans la rue, n'était en réalité qu'une manigance inventée par les technocrates de l'équipe gouvernementale, (Edouard est un ancien d'Areva ) afin de masquer la gestion calamiteuse (rapport du WWF) de notre fournisseur national "d'électricité la moins chère"? En invoquant l'urgence climatique, et le développement des renouvelables on dissimulait cette gestion funeste pour justifier le matraquage fiscal et faire accepter, le mur d'investissement à réaliser, pour mettre en conformité le parc nucléaire Français.
Répondre au commentaire
Nom profil

05/12/2018 - 16h35 -

Le gouvernement actuel lui-meme a une place de choix dans ce bal des faux-culs. D'une main il pretend mettre en place une fiscalité ecologique en taxant les pauvres et de l'autre il engage des mesures dans le sens contraire au profit des industriels (prospection et exploitation du petrole en France, usine de trairement de l'huile de palme pres de marseille, lancement d'un porte-container geant consommant une quantite de fuel de dingue....)
Répondre au commentaire
Nom profil

05/12/2018 - 13h40 -

Le bal des faux-culs, Tout à fait, on se sert de la soi-disant transition écologique, pour nous plumer et taxer un maximum, c'est de l'arnaque, de l'escroquerie ! On sait faire des véhicules qui consommeraient 2, 3, 4 fois moins avec moteur thermique, mais nos gouvernements n'en veulent pas... Il faudrait tout reconcevoir en repartant des bases, trottinettes, vélos, motos, voitures... On sait faire des Trottinettes électriques faisant moins de 4 Kg, des vélos électriques faisant moins de 12 Kg, et allant jusqu'à 45 Km/Heure, faire des voitures 2 places pesant moins 150 Kg, des voitures 4 places pesant moins de 250 Kg et consommant quasiment rien... Le problème, c'est qu'avec nos 'chers ingénieurs', c'est qu'ils continuent toujours à prendre les mêmes recettes, et s'étonne que ça donne toujours les mêmes choses ! Inventer, innover, c'est apprendre à penser différemment et aussi prendre le risque de réussir... Nous devons arrêter de voir le verre à moitié vide...
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle