Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Giat Industries renforce Luchaire

Publié le

L'usine de munitions du Cher inaugure une unité de compression isostatique, avant d'accueillir le transfert des activités du site de Cusset.

Giat Industries, confronté à une réorganisation industrielle de grande ampleur, choisit de renforcer le site Luchaire Défense à La Chapelle-Saint-Ursin, près de Bourges (Cher). Ce dernier est, en effet, appelé à devenir le seul site munitionnaire du groupe, l'unité de Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, conservant cependant des activités de pyrotechnie primaire.

Cette consolidation vient de se traduire par un investissement de 5 millions d'euros, consacré à l'implantation d'une unité de compression isostatique de charges militaires de grande dimension (jusqu'à 40 kg et plus), portant ainsi à près de 20 millions d'euros le programme engagé au profit de La Chapelle-Saint-Ursin depuis cinq ans. Jusqu'alors, les activités de Luchaire Défense se limitaient en effet à des charges de gabarit moins important (de 1 à 2 kg) et à des technologies plus traditionnelles (remplissage de munitions par coulée).

Cette nouvelle ligne permettra, à court terme, d'assurer la fabrication de 800 têtes (une première commande ferme à laquelle s'ajoute une option pour 500 têtes supplémentaires), destinées à la torpille légère MU 90, une arme développée par le GEIE franco-italien Eurotorp.

S'ouvrir le marché des gros calibres

Le process est également habilité à gérer la fabrication de charges de moindre volume, telles les munitions d'artillerie Bonus (environ 4 500 têtes en première intention), développées avec le suédois Bofors pour les armées françaises et suédoises. In fine, cette technologie de presse isostatique est en mesure d'ouvrir à Luchaire Défense le marché des munitions de gros calibres.

Par ailleurs, Luc Vigneron, P-DG de Giat Industries, indique qu'un investissement supplémentaire de 10 millions d'euros sera déployé sur ce site classé Seveso 2 seuil haut au cours des prochaines années. Cette enveloppe devrait permettre de poursuivre la modernisation des moyens industriels et d'accompagner le transfert des activités de moyen calibre depuis le site de munitions de petits et moyens calibres de Cusset (Allier), dont la fermeture est prévue. En termes d'évolution des effectifs, l'usine de La Chapelle-Saint-Ursin est d'ailleurs la seule du groupe à tirer son épingle du jeu : elle comptera 276 salariés à la mi-2006, contre 250 aujourd'hui.

Pour sa part, l'unité de Bourges, confirmée dans sa vocation de centre d'excellence de la Division systèmes d'armes et de munitions, compterait à la même échéance 630 salariés, contre 789 aujour-d'hui, la très grande majorité des suppressions de postes s'effectuant par des mesures d'âge. 1

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle