Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Gestion des déchets au Maroc (4/5) : pas de solution pour les déchets dangereux

,

Publié le

Les filières de valorisation des déchets industriels ne sont guère plus développées que celles dédiées aux déchets ménagers. Deux filières seulement existent pour recycler les déchets dangereux.

Gestion des déchets au Maroc (4/5) : pas de solution pour les déchets dangereux
Recyclage de plomb
© DR

"Avec 340 000 tonnes par an de déchets dangereux, nous avons la capacité de tout valoriser à l’exception de seulement 40 000 tonnes", a affirmé, lundi 10 octobre 2016, à Shkirat, lors du Sommet international pour la valorisation des déchets et le climat, Hakima El Haite, encore pour quelques temps ministre déléguée à l’Environnement.

Le Maroc produit annuellement près de 1,6 millions de tonnes de déchets industriels par an, mais seuls 21,25% d'entre-eux sont considérés comme dangereux.

Au ministère délégué à l’Environnement, les filières de recyclage des PCB et des batteries au plomb ont été mises en place ; celle des huiles usagées et lubrifiants attend son écotaxe. La filière des déchets électroniques est encore en cours d’étude.

Dans les faits, "nous devrions traiter ces 300 000 tonnes de déchets dangereux, mais cela ne fonctionne pas car personne ne verbalise les entreprises qui se débarrassent de leurs déchets dans les décharges publiques avec les déchets ménagers", rappelle Mohamed Chaïbi, président de la Coalition pour la Valorisation des Déchets (COVAD).

"Nous avons constaté, dans l’enquête menée au sein des zones industrielles du collectif, que le système informel de collecte des déchets était également très développé auprès des professionnels. Il n’y a parfois aucune trace, aucun contrat, seulement un "gentleman agreement" selon lequel un récupérateur vient collecter régulièrement tout ou partie des déchets produits par une unité industrielle", explique Mounir Benyahya, coordonateur de Cozine, le collectif des zones industrielles pour l'environnement et gérant des parcs industriels de la chambre de commerce française (CFCIM). "Certains ont même reconnu que le terrain vague en face de leur usine accueillait tout leurs déchets, qu’il servait de plateforme où chaque récupérateur pouvait venir se servir avant de les brûler", ajoute-il.

Pour inciter les industriels à valoriser leurs déchets de façon formelle, sûre, complète et moins polluante, le Centre Marocain de Production Propre (CMPP) avait lancé en 2011, la Bourse des déchets. Elle n’a en réalité jamais permis d’échanger plus de quelques milliers de tonnes. "Je pense que la Bourse manque de moyens pour alimenter le gisement, contacter les entreprises vendeuses et acheteuses et créer une dynamique, explique Mounir Benyahya. Aussi, ce système est ouvert à tous et les entreprises n’aiment pas exposer leurs affaires publiquement."

Dans la zone industrielle de Ouled Salah, gérée par la CFCIM, Suez Environnement  a mis en place une plateforme qui reçoit les déchets industriels de toute la zone et les compacte ou les broie pour les envoyer aux entreprises de valorisation.

Au total, "nous assistons près de 500 unités industrielles par an dans la gestion de leurs déchets, souligne Yann Fajolles, et nous vérifions la qualité des effluents de près de 4000 industriels, au Maroc", souligne Yann Fajolles, directeur technique de la Lydec, à Casablanca, filiale de Suez Environnement. Parmi, ses clients, Suez compte notamment Renault Tanger, mais elle doit exporter une partie de ses déchets dangereux faute de filière organisée au Maroc.

Julie Chaudier à Casablanca

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle