Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Geoffroy Roux de Bézieux, un nouveau candidat pour succéder à Parisot

Astrid Gouzik , ,

Publié le , mis à jour le 26/02/2013 À 08H59

C’est dans une lettre adressée aux membres de l’organisation patronale que Geoffroy Roux de Bézieux a annoncé sa candidature à la présidence du Medef.

Geoffroy Roux de Bézieux, un nouveau candidat pour succéder à Parisot © Semaines sociales de France - Wikimedia commons

A 50 ans, le président fondateur du groupe Omea (Virgin Mobile) a décidé de se lancer dans la course à la présidence du Medef. Il l’a annoncé, lundi 25 février, dans une lettre adressée aux membres de l’organisation patronale.

Après le président du Groupe des fédérations industrielles (GFI) Pierre Gattaz, l'ancien médiateur de la sous-traitance Jean-Claude Volot et le patron parisien de PME Thibault Lanxade, voilà donc un nouveau prétendant pour le fauteuil de Laurence Parisot… qui elle-même n’entend pas laisser sa place. Elle a d’ailleurs annoncé avoir saisi le comité statutaire du Medef afin de modifier les règles internes. Elle espère ainsi pouvoir se maintenir au-delà de son mandat. Et le nom du président de la Fédération patronale de la métallurgie (UIMM), Frédéric Saint-Geours, pourrait prochainement venir allonger la liste des candidats.

De son côté, l’ancien président de l’Unedic, fraîchement lancé dans la bataille, a explicité sa démarche dans la missive dont l’AFP a obtenu copie. "Cette démarche est d'abord celle d'un entrepreneur: j'ai créé et développé à partir de rien deux entreprises de plusieurs centaines de salariés dans les télécoms", justifie-t-il.

Pour une "société du risque"

Et pour agrémenter cette déclaration de candidature, un document de 10 pages détaillant sa vision du Medef. Il y prône "l'initiative privée" et "une société du risque", s'insurge contre "l'utilisation abusive du ‘principe de précaution’".

"Le Medef doit promouvoir une politique de l'offre basée sur l'augmentation de la productivité et sur la compétitivité", affirme Geoffroy Roux de Bézieux. "La durée du travail, hebdomadaire et au cours de la vie professionnelle, ne doit pas être un tabou", explique-t-il, tout en appelant à "plus de flexibilité".

"Une vraie baisse du coût du travail"

"L'allongement de l'espérance de vie implique d'augmenter la durée d'activité. C'est non négociable!", dit-il dans un entretien publié lundi soir par le Figaro, où il prône par ailleurs "une vraie baisse du coût du travail".

Il n’a pas manqué de tacler Laurence Parisot : "la parole médiatique du Medef a tout à gagner à devenir plurielle tout en conservant sa cohérence". En creux, une allusion aux apparitions extrêmement fréquentes de la patronne des patrons sur les chaînes de télévision et de radio.

Assurer "l'unité patronale"

Il appelle également à "l'unité patronale", estimant que "les entrepreneurs jugent inefficaces et fratricides les querelles entre organisation", une allusion aux différends récurrents entre le Medef et la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME). Dans les colonnes du Figaro, il affirme que son premier geste s'il est élu sera de réunir les présidents de la CGPME et l'UPA (artisans).


2013-02-25 Mon ambition pour le MEDEF - Geoffroy Roux de Bézieux by L'Usine Nouvelle

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle