Geodis lance la marque VIIA

La branche fret et logistique de la SNCF a annoncé ce 7 juin qu’il commercialisera désormais ses activités sur les autoroutes ferroviaires sous ce nouveau nom.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Geodis lance la marque VIIA

La nouvelle marque VIIA est destinée pour les clients routiers européens à devenir un nouveau repère, qui sera associé aux deux autoroutes ferroviaires en activité gérées par le groupe Geodis.

Le groupe gère actuellement l'autoroute ferroviaire alpine France-Italie (175 km) et l'autoroute ferroviaire Perpignan-Luxembourg. Toutes deux sont en fonctionnement sur le réseau français. Mais la desserte entre Perpignan et le Luxembourg a été prolongée en mai dernier jusqu’au sud de la Suède pour une distance totale de 2 000 km.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A ce développement s’ajoutent la mise en œuvre sur cet axe de trains longs de 850 mètres et l'ouverture aux semi-remorques standards de l'autoroute alpine. Autant d’initiatives qui "marquent des pas décisifs dans le développement d'un réseau européen d'autoroutes ferroviaires commercialisé sous la marque VIIA", selon Geodis.

A la différence du ferroutage, l'autouroute ferroviaire permet de ne transporter par le rail que la semi-remorque, sans son tracteur et son chauffeur, d'où un gain de productivité. Le concept a été notamment mis en avant lors du grenelle de l’environnement avec pour objectif de délester le réseau routier d’une partie du trafic poids-lourds et de réduire la pollution.

La loi de programmation relative au Grenelle de l'environnement prévoit la mise en place de trois autoroutes ferroviaires. Outre les deux déjà existantes, l'ouverture d'un troisième axe atlantique entre le Pays basque, la région parisienne et le nord de la France est prévue.

Mais selon un récent rapport de la Cour des comptes, "ce concept peine à faire ses preuves sur les plans économiques et financiers". En effet, il a accusé de nombreux retards et des problèmes de régularité. Des difficultés qui ont dissuadé les transporteurs routiers d’embarquer leurs camions.

La loi fixe un objectif de transfert sur le rail (appelé "report modal") de deux millions de camions par an d'ici à 2020.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS