Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Genève porte plainte contre la centrale nucléaire du Bugey d'EDF

Esther Attias , , , ,

Publié le , mis à jour le 23/01/2019 À 12H14

La ville et le canton de Genève ont déposé une plainte pour demander la fermeture de la centrale nucléaire du Bugey, exploitée par EDF dans l'Ain, la plus vieille de France après celle de Fessenheim.

Genève porte plainte contre la centrale nucléaire du Bugey d'EDF
La centrale du Bugey, dans l’Ain, forte de cinq réacteurs dont trois fêtent leurs quarante ans cette année
© EDF

Les défaillances du parc nucléaire français tourmentent son voisin suisse. La centrale du Bugey, dans l’Ain, forte de cinq réacteurs dont trois fêtent leurs quarante ans cette année, fait l’objet d’une plainte déposée par la Ville de Genève, le canton de Genève et quatre particuliers des environs le 18 janvier.

Dans le viseur de la partie civile, les multiples dysfonctionnements de la centrale. Depuis les années 2000, plus de 90 incidents ont été pointés du doigt. Fuites de tritium à répétition, dégradation de la tuyauterie, défauts d’étanchéité dans les enceintes de confinement des réacteurs n°3 et n°5, cuves en mauvais état, dalle fissurée...  Pour le simple réacteur n°3, trente-sept dossiers "barrés" – dossiers dans lesquels des techniciens constatent les irrégularités de fonctionnement – ont été établis.

Ces griefs sont consignés dans un rapport que le cabinet d'avocats Huglo Lepage, en charge du dossier, a commandé à l’expert Yves Marignac, directeur de l’agence Wise-Paris et membre du groupe permanent d’experts pour les réacteurs nucléaires de l’Agence de Sécurité Nucléaire. Ce rapport fonde le cœur du dossier de la partie civile.

La plainte, déposée par la ville de Genève au pôle santé publique du tribunal de grande instance de Paris, intervient à la suite d’une première plainte contre X déposée par les mêmes acteurs en 2016. Le motif initial portait sur la mise en danger délibérée de la vie d’autrui et pollution des eaux. Elle avait alors été classée sans suite. Cette deuxième plainte, dont le motif porte sur le droit des installations de la centrale, devrait permettre la constitution d’une partie civile et la désignation d’un magistrat qui ouvrira une enquête sur le fonctionnement de la centrale.

Une des plus vieilles centrales de France

La centrale du Bugey est la plus vieille centrale de France après celle de Fessenheim, exploitée depuis 1978. Corinne Lepage, ancienne ministre de l’Ecologie et avocate pour la partie civile, insiste : "Les centrales nucléaires françaises ont été conçues pour durer quarante ans. Elles cumulent des incidents techniques qui mettent les populations alentours en danger". Elle alerte également sur l'indifférence des pouvoirs publics face aux nouvelles normes de sécurité relatives aux centrales nucléaires depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011. "EDF ne les a pas prises en compte. Le groupe s’est contenté d’études et de propositions sans déployer des travaux d’ampleur nécessaires pour une centrale en fin de vie."

De tels travaux impliquent des sommes avoisinant les centaines de milliards d’euros. A titre d’exemple, la centrale nucléaire de Mühleberg, en Suisse, sera désaffectée en 2019 sur demande des autorités locales car l’entreprise exploitante n’a pu se plier à l’application stricte des normes nucléaires post-Fukushima, estimée trop coûteuse.

En Suisse, une sortie progressive du nucléaire depuis 2017

En Suisse, où la population a décidé de tourner progressivement le dos au nucléaire par référendum en 2017, on s’inquiète. Pour Rémy Pagani, ancien maire de Genève et conseiller administratif de la ville, "la centrale est à 80 km à vol d'oiseau du canton de Genève. Les Genevois n’ont pas à subir des risques liés au nucléaire français alors même que la non-prolifération nucléaire est inscrite dans la constitution du canton." La centrale est proche d’une zone démographique dense. Près de 4,5 millions d'habitants – incluant les villes de Genève et de Lyon – sont inclus dans ce rayon de 80 km, ce qui poserait des problèmes d'évacuation si un incident devait se produire.

Dans son discours du 27 novembre définissant les grandes lignes de la politique énergétique française pour les vingt prochaines années, le Président de la République Emmanuel Macron avait, entre autres, annoncé la fermeture de 12 réacteurs entre 2025 et 2035 dans des sites comprenant au moins 4 réacteurs, dont la centrale du Bugey fait partie. Avant de préciser "qu’aucune fermeture complète des sites" ne serait engagée.

Réagir à cet article

10 commentaires

Nom profil

24/01/2019 - 13h07 -

Pour votre information, la centrale nucléaire la plus vielle du monde en exploitation est.... ... suisse. Il s'agit de la centrale de Beznau dont la mise à l'arrêt n'est pas prévue avant 2030. Et oui. Merci à l'Usine Nouvelle de compléter son article pour monter toute l'ambivalence de notre voisin. Cordialement.
Répondre au commentaire
Nom profil

24/01/2019 - 06h55 -

Cela s appelle un article à charge, qui adopte le point de vue d une des parties.... Après la présentation des faits, l argumentaire relève de l opinion individuelle pas d une information documentee......
Répondre au commentaire
Nom profil

23/01/2019 - 23h25 -

Ne pas faire écho à de telles allégations. Le nucléaire est comme le bon vin, il se bonifie avec le temps. Le seul inconvénient, c'est que l'état patron se plie aux exigences d'européens qui ne rêvent que de détruire l'outil fiable qui donnait l'indépendance énergétique à la France. On se tire une balle dans le pied.
Répondre au commentaire
Nom profil

23/01/2019 - 21h50 -

Bien sûr que l'état se retrouve bloqué de toutes parts à force de ne rien faire : pas de fermeture de centrales et en même temps pas de plan industriel sérieux dans les renouvelables et en même temps un pari pourri sur le diesel suivi d'un pari risqué sur la voiture électrique et en même temps pas de plan sérieux sur l'isolation des bâtiments et en même temps un attachement suicidaire à une orthodoxie neo-libérale qui a gravé dans le marbre des traités une clause de plafonnement de déficit ...etc...jusqu'à ce que .....ça pète !
Répondre au commentaire
Nom profil

23/01/2019 - 16h53 -

Cette centrale est devenue une des plus sûres. Première de France en productivité.
Répondre au commentaire
Nom profil

23/01/2019 - 16h04 -

il faut arrêter de vendre de Electricité au suisse sur tout l'hiver
Répondre au commentaire
Nom profil

23/01/2019 - 15h48 -

Bonne nouvelle, cette plainte contre la centrale nucléaire du Bugey... et ce n'est que la partie immergée de l'iceberg ! Diverses études démontrent que nous aurions tout intérêt à sortir du nucléaire : sûreté, déchets, emplois... Qu'attendons-nous pour décider d'arrêter cette filière mortifère ?! La majorité des Français le souhaite
Répondre au commentaire
Nom profil

23/01/2019 - 14h01 -

C'est malheureux que le pays voisin doit porter plainte pour faire réagir nos autorités, et la centrale de Fessenheim ???? C'est pour quand ???
Répondre au commentaire
Nom profil

24/01/2019 - 10h05 -

C'est pas comme si le charbon et les moteurs thermique étaient chaque année cause de décès vérifiable dont le nombre dépasse en un ans sans problème ceux du au accidents nucléaire depuis 1945. La priorité est la sortie du charbon pour la production d'électricité et le passage au voiture électrique/ a hydrogène. Ce qui n'est possible que grâce au nucléaire. Deplus les centrale françaises sont entretenue, surveiller et n'ont ni était construit avec du béton au rabais ni sur des vrais zones sismique. Donc le nucléaire c'est l'avenir en déplaise au parano irrationnel.
Répondre au commentaire
Nom profil

24/01/2019 - 14h33 -

Les centrales nucleaires francaises fournissent une part importante du besoin energetique des pays frontaliers et proches. Forcer la France a fermer ses centrales est suicidaire pour le pays demandeur .Leur besoin energetique n a pas baisse . La France perdra des millions d Euros a ne plus fournir les reseaux electriques etrangers. Fermer une 900 MWe qui fournit pendant 6000h par an represente 5.4 millions de Mw vendus environ 50 Euros le MW. LA PERTE POUR EDF EST DONC DE 270 MILLIONS PAR AN environ
Répondre au commentaire
Nom profil

23/01/2019 - 13h35 -

On attend clairement la catastrophe Serge Rochain
Répondre au commentaire
Nom profil

23/01/2019 - 12h01 -

Encore un superbe désinformation. Une ancienne ministre qui tient de faux propos (le grand carénage c'est des milliard investis dans nos centrales post fukushima), des suisses qui importent leur électricité de chez nous (belle hypocrisie).
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle