Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

General Motors sort du capital de PSA et laisse le champ libre à DongFeng

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

General Motors a annoncé jeudi 12 décembre la vente de ses parts du capital de son allié PSA et fait ainsi place nette pour l’arrivée du Chinois DongFeng.

General Motors sort du capital de PSA et laisse le champ libre à DongFeng © D.R.

PSA-GM c’est déjà fini. Le groupe américain a annoncé jeudi 12 décembre sa sortie du capital du constructeur français. Dans un communiqué, General Motors a précisé qu’il allait vendre la totalité de sa participation, soit 7% du capital de PSA, auprès d’investisseurs institutionnels. "Notre participation était censée soutenir PSA dans sa démarche en vue d'augmenter son capital au moment de la création de l'alliance entre GM et PSA et ce soutien n'est plus nécessaire", a commenté Steve Girsky, vice-président de GM.

Renversement de situation

Cette sortie accrédite donc la montée prochaine de DongFeng au capital de PSA, au côté de l’Etat français. GM avait pourtant souscrit ce matin à une nouvelle disposition dans son contrat avec PSA : l’arrivée d’un troisième tiers ne devait pas remettre en cause l’alliance PSA-GM. A croire qu’en une journée, le groupe américain n’y trouvait finalement plus son compte et a changé d’avis.

Les projets industriels en cours entre les deux partenaires seront maintenus. Jeudi 12 décembre au matin, PSA et GM avaient fait un point précis sur les trois projets véhicules en cours. L’usine de Sochaux s’est vu confirmé à ce moment-là qu’elle produirait en 2017 l’Opel Zafira. "L’alliance reste forte et nous sommes concentrés sur nos programmes communs de véhicules, de la production croisée, des achats croisés et une logistique commune, a cependant affirmé Steve Girsky. Nous faisons de grands progrès tout en restant ouvert à de nouvelles opportunités".

Respect des engagements présents

Le mariage transatlantique n’aura donc pas duré deux ans. L’alliance stratégique entre PSA et GM avait en effet été conclue le 29 février 2012 et était alors présentée comme une alliance mondiale avec deux milliards de dollars de synergies possibles. Mais rapidement, de mondiale, l’alliance était devenue européenne, se concentrant sur Opel. Depuis l’été 2013, les ingénieurs de PSA s’inquiétaient de tension avec leurs homologues de GM, d’une désertion des Américains aux réunions communes. L’arrêt du développement de la plateforme de segment B cet automne avait exacerbé les tensions entre PSA et GM.

La sortie de l’Américain du capital du Français semble bien marquer un point final à leur relation industrielle. On voit mal comment les deux constructeurs pourraient en effet envisager de nouveaux projets. Ils devraient se contenter de respecter les engagements présents.

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle