General Motors rappelle 73 000 véhicules Chevrolet Bolt en raison de risques d'incendie

Le constructeur américain General Motors a annoncé vendredi 20 août qu'il allait rappeler environ 73 000 véhicules électriques Chevrolet Bolt afin de remédier aux risques d'incendie provenant des batteries. Le surcoût est évalué à un milliard de dollars.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

General Motors rappelle 73 000 véhicules Chevrolet Bolt en raison de risques d'incendie
General Motors veut remplacer les modules de batteries défectueux. /Photo d'archives/REUTERS/Rebecca Cook

Après une première opération similaire en novembre 2020 puis une deuxième en juillet 2021, General Motors a décidé de rappeler tous les véhicules électriques Chevrolet Bolt, à cause de deux défauts de fabrication dans les batteries pouvant provoquer des incendies. Dans le détail, cela concerne 9 335 VE Bolt du modèle 2019 (dont 6 989 aux Etats-Unis et 1 212 au Canada) ainsi que 63 683 Chevrolet Bolt EV et EUV du modèle 2020-2022 (52 403 aux Etats-Unis et 9 019 au Canada).

« La sécurité guide chaque décision que nous prenons chez GM, a déclaré dans un communiqué Doug Parks, vice-président exécutif du groupe. En tant que leaders de la transition vers un avenir entièrement électrique, nous savons qu'il est essentiel d'établir et de maintenir la confiance ».

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Demande de remboursement

GM a assuré qu'il remplacerait les modules de batterie défectueux par de nouveaux modules, ce qui devrait lui coûter environ un milliard de dollars (850 millions d'euros). L'entreprise a précisé qu'elle entendait bien de se faire rembourser par son fournisseur, le Sud-coréen LG. En attendant, les ventes des véhicules Bolt ont été interrompues.

Le constructeur américain n'est pas le premier à devoir rappeler des voitures électriques en raison de risques d'incendie au niveau des batteries. En février, le Sud-coréen Hyundai avait été contraint de le faire pour plus de 80 000 véhicules Kona et Ioniq à travers le monde, dont près de 2 000 en France.

Avec Reuters (David Shepardson; version française Camille Raynaud)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS