General Motors en faillite ?

Le symbole de l'Amérique est dans le rouge. Un analyste de la banque d'affaires Merrill Lynch a jugé mercredi 2 juillet que la faillite du groupe n'était "pas impossible". Une annonce qui a mis le feu aux poudres.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

General Motors en faillite ?
Les statistiques du mois de juin pour le secteur automobile américain ont été exécrables. General Motors, en annonçant une baisse de seulement 8% de ses immatriculations, au lieu de 15% attendu par les analystes, semblait sauver les meubles. Pas suffisamment pour Merrill Lynch, qui a abaissé sa recommandation sur GM, ramenant son objectif de cours de 28 dollars à 7 dollars. Résultat, l'action GM, qui avait rebondi mardi à 11,75 dollars, a du coup plongé mercredi de 15,06%. Le titre cote toujours 9,98 dollars en fin d'après-midi ce jeudi 3 juillet, son plus bas niveau depuis 54 ans.

GM va devoir rapidement trouver du cash. Dans sa note, Merrill Lynch évalue le besoin de capitaux frais du constructeur automobile à 15 milliards de dollars. Le constructeur automobile américain répond qu'il dispose "d'assez de liquidités ". Mais selon Peter brown, redacteur en chef d'Automotive News, hebdomadaire spécialisé sur l'industrie automobile base à détroit dans le Michigan, les difficultés sont bien là. "GM dispose aujourdhui de 33 milliards de dollars de cash. Mais cet argent va partir en fumée dans les quelques mois à venir", estime-t-il, "et le groupe aura alors cruellement besoin des 15 milliards de dollars évoqués par Merryl Lynch. Il revient sur le contexte sombre pour l'industrie automobile américaine : "l'état du marché est sinistre : avec la faiblesse du dollar et la hausse du carburant la facture d'essence a doublé en quelques années, frappant les ménages et l'industrie beaucoup plus durement qu'en Europe. Les effets sont particulièrement dévastateurs ici, à Detroit, où le coeur de métier est la fabrication de véhicules lourds."

GM a amorcé un virage à 180 degrés, reconnaît Peter Brown. "Le groupe a déjà fermé 4 usines de construction de véhicules lourds, et a transféré ses ingénieurs dans des unités consacrées à de nouveaux modèles compacts et économes." Les nouvelles sont par ailleurs meilleures hors des Etats-Unis. " GM est à l'équilibre et même un peu excédentaire sur ses lignes en Europe, en Asie et dans le Pacifique. " Mais le constructeur a un sérieux problème : "Dans l'immédiat, il doit écouler ses véhicules lourds sur un marché américain accablé. Il ne peut pas du jour au lendemain commercialiser ses petits modèles aux Etats-Unis ou les importer d'Europe car la monnaie forte rend les véhicules peu compétitifs." Trop de Hummer invendables, pas assez de petits modèles qu'il faut encore développer, et d'ici là, tenir... un gouffre où iront disparaître les 33 milliards de dollars de liquidités évoqués plus haut.

Prêteur en dernier ressort ? Selon Business Week, des discussions avaient eu lieu entre les deux directions de GM et de Ford pour étudier une éventuelle fusion. Peter brown n'y croit pas. "Les dettes de GM sont si énormes que personne n'a envie de racheter le groupe. Je ne pense pas néanmoins que la faillite de GM soit imminente" précise le spécialiste. Les banques suivront, sous-entend-il.


Ana Lutzky

Lire aussi :
Juin en chute libre pour les ventes de voitures aux US, le 02/07/2008


Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS