Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

General Electric supprimera plus de 1000 postes à Belfort

, , ,

Publié le

General Electric prévoit la suppression de 1 050 postes sur le site de Belfort (Territoire de Belfort), soit un quart des salariés.

General Electric supprimera plus de 1000 postes à Belfort © D.R.

Alors que le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, affirmait la semaine dernière être en négociation avec General Electric pour "ne fermer aucun site industriel en France", Damien Meslot, maire (LR) de Belfort et président du Grand Belfort évoquait "un plan social inévitable".

Le mardi 28 mai 2019, GE a annoncé la suppression de 1 050 emplois au sein de sa division énergie à Belfort, comme l’évoquent nos confrères de France 3 Bourgogne Franche-Comté.

Un quart des salariés concernés

Sur le site qui emploie 4 000 personnes, 800 postes seront supprimés dans la division turbine à gaz et les 250 emplois supprimés restants concerneront les services administratifs. Ce nouveau plan social vient se rajouter à la procédure de ruptures conventionnelles collectives et au plan senior lancé en début d’année par General Electric et concernant un peu moins de 200 salariés au sein de sa division énergie, Alstom Power System, à Belfort. La semaine dernière, plusieurs centaines de salariés avaient répondu à l’appel de l’intersyndicale et accompagné la sortie d’une turbine à gaz pour exprimer leur crainte d’un nouveau plan social.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

28/05/2019 - 15h47 -

Il faudrait être aveugle pour ne pas voir que les entreprises internationales orchestrent la dépendance des Etats (énergie,métaux, médicaments, sucre,lait,échanges, médias,etc..) en organisant la concurrence sociale avec la complicité de l'Europe et des lobbys , elles détruisent le tissus économique qui nous protège encore mais pour combien de temps ?.. de la dépendance ? Alors même que nous avons nos lois et nos infrastructures - enfin ce qu'il en restera après la casse de Macron - pour nous protéger de ce pillage. Les Américains devaient créer un milliers d'emplois à en croire leurs promesses au moment de l'achat ! Ne pas respecter les critères ayant permis cette vente c'est en réalité créer une escroquerie ! Or il existe des lois contre les escrocs ! Qu'est ce qu'attend Lemaire pour le dire ? ... et dénoncer la vente ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle