Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

General Electric implante en France le siège mondial de ses énergies renouvelables

Manuel Moragues , , , ,

Publié le

General Electric a annoncé la création d’un nouveau pôle industriel, directement rattaché à son PDG, qui sera implanté en France. Il comprendra toutes les activités dans les énergies renouvelables d’Alstom et de GE, éolien terrestre inclus.

General Electric implante en France le siège mondial de ses énergies renouvelables

Le géant américain a soigné son timing pour l’annonce. C’est lors d’une audition à l'Assemblée nationale que Mark Hutchinson, dirigeant de General Electric (GE) et responsable de l’intégration de la branche énergie d’Alstom, a déclaré, mercredi 11 mars : "Il a été décidé de regrouper les actifs de GE et d’Alstom dans le secteur des énergies renouvelables au sein d'une activité unique, directement rattachée au PDG [de GE] Jeff Immelt. Cette activité aura son siège à Paris." Son dirigeant sera Jérôme Pécresse, l’actuel vice-président d’Alstom en charge des activités énergies renouvelables. "La création d'un nouveau pôle industriel est un événement rare, et donc exceptionnel, qui témoigne de notre engagement vis-à-vis des énergies renouvelables. Il s’agira du premier pôle mondial [de GE] jamais implanté en France et dirigé par un Français", a souligné Mark Hutchinson face aux parlementaires.

Plus loin que les engagements initiaux

Le gouvernement français, Arnaud Montebourg en tête, était monté au créneau au printemps 2014 pour obtenir des concessions de la part du conglomérat américain qui voulait acheter la branche énergie d’Alstom.

 

Notre dossier : GE remporte la bataille mondiale autour du pôle énergie d'Alstom

 

GE s’était ainsi engagé à localiser en France les centres de décision des trois co-entreprises qu’il doit former avec Alstom, dans les réseaux, les énergies renouvelables et les turbines à vapeur pour le nucléaire. Ces concessions apparentes avaient été fortement relativisées : GE doit être majoritaire dans ces trois co-entreprises qui lui permettent finalement de réduire de 2,6 milliards d’euros la facture initiale de 12,36 milliards. Il va aujourd’hui plus loin que ses engagements en mettant dans ce nouveau pôle l’éolien terrestre : à la fois les activités d’Alstom dans ce secteur - qui ne devaient pas faire partie de la coentreprise – et, surtout, son propre éolien terrestre, bien plus important. General Electric a été, selon Globaldata, le quatrième installateur mondial de turbines éoliennes en 2014.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

12/03/2015 - 07h50 -

Ça sonne comme une blague. Une entreprise qui ne sait pas ce que c'est que l'écologie qui vient dans un pays qui a l'impression de savoir.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle