General Electric favori pour reprendre Areva T&D ?

Trois acheteurs restent en lice pour reprendre la filiale d’Areva consacrée aux réseaux électriques. Le groupe dit être « attentif au projet industriel et social » des candidats : une préoccupation à laquelle répond l’offre faite par GE.

Partager

Le communiqué est pour le moins laconique. « Areva a sélectionné trois acheteurs potentiels pour la deuxième phase du processus de cession de son activité T&D. L'objectif de cette étape sera de préciser, d'améliorer et de finaliser les offres de chacun », précise le groupe ce 29 septembre. « Des trois offres déposées pour la reprise de la branche Transmission et Distribution (T&D) d'Areva en vente, c'est le japonais Toshiba qui aurait mis sur la table le plus d'argent, suivi par l'américain General Electric associé au fonds européen CVC, et, enfin, par les deux partenaires Alstom et Schneider Electric », écrivait déjà le 24 septembre La tribune, citant une source proche du dossier.

Les montants se précisent aussi : 3,8 milliards d'euros proposés par Toshiba selon Reuters, 3,5 milliards en moyenne selon la Tribune, qui se basent chacun sur des sources proches du dossier. Rappelons que le gouvernement impose cette cession au groupe dirigé par Anne Lauvergeon pour financer ses lourds investissements à venir dans le nucléaire.

Pas de plan social chez GE

Si l'offre de Toshiba semble apporter le plus de cash, alors qu'Areva cherche précisément à se renflouer, celle de GE semble la plus attractive du point de vue social. « Comme annoncé par Areva le 30 juin 2009, le groupe sera attentif, en plus du prix proposé, au projet industriel et social, et réserve sa décision ultime », précise le champion du nucléaire français. Cela tombe bien, General Electric « précise dans son offre qu'il n'y a pas de doublon en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne. Donc pas de plan social à la clé », écrivait la Tribune. L’américain, qui aurait fait l'offre la plus détaillée, prévoirait la mise en Bourse de T&D. Quant au tandem franco-français d'Alstom et Schneider, qui ont annoncé fin juillet leur intention de faire une offre commune, ces derniers ont précisé qu'ils prévoyaient de récupérer ensuite respectivement la partie transmission (haute tension) et la distribution (moyenne tension). Un démantèlement que le CEA, actionnaire à hauteur de 79% d'Areva, ne juge néanmoins pas tabou. Préférence à l'industrie nationale oblige? Si GE peut sembler favori, les jeux ne sont pas faits : la sélection sera faite d'ici la fin de l'année. Joint par l’Usine Nouvelle.com, un porte-parole d'Areva s'est refusé à tout commentaire.

%%HORSTEXTE:%%
2 Commentaires

General Electric favori pour reprendre Areva T&D ?

roland
29/09/2009 23h:21

Quelque soit le repreneur, le démantèlement d'Areva T D est très probable. Même GE découvrira des doublons. Ce qui me fait dire : encore une entreprise industrielle sacrifiée sur l'autel du nucléaire qui va bien finir par assècher toutes les ressources financières de la R et D du pays. Et les énergies renouvelables...

Réagir à ce commentaire
master
30/09/2009 10h:29

Quand on parle d'un choix qui pourrait se faire sur un critère comme la préférence à l'industrie nationale et que Schneider est cité ça fait un peu marrer.
Car l'industrie nationale .... Schneider n'en a pas un grand souci. Elle délocalise un max sans faire de bruit et réalise plusieurs plans sociaux (GAEMC) dans plusieurs branches. La politique Schneider est orienté vers l'Inde et la Chine ,tout le savoir faire est basculé vers ces pays et les Français sont poussés au départ.

Réagir à ce commentaire
2 Commentaires

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS