General Electric annonce la création de 230 d'emplois et d'un centre d'impression 3D en France

General Electric a annoncé, vendredi 16 juin, l’ouverture d’un centre de fabrication additive à Belfort (Territoire de Belfort), avec 125 millions d’euros d’investissements et 80 embauches prévus. 150 recrutements et des investissements supplémentaires sont prévus dans les réseaux à haute tension à Massy (Essonne) et Saint-Priest (Lyon).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

General Electric annonce la création de 230 d'emplois et d'un centre d'impression 3D en France

General Electric renforce ses investissements en France. Le conglomérat américain a annoncé, vendredi 16 juin, l’ouverture d’un centre d’impression 3D sur son site historique de Belfort (Territoire de Belfort). 125 millions d’euros d’investissements et 80 embauches d’ici 2018 sont prévus pour ce projet. Ce centre d’excellence, le premier de GE en France dans le domaine de la fabrication additive, devrait faire 10 000 m2 et pourrait contenir jusqu’à 90 imprimantes 3D. Dédié dans un premier temps à la production de composants de turbines à gaz, il doit ouvrir ses portes fin 2018.

Cette annonce a été faite à l’occasion d’une rencontre entre le PDG de GE, Jeff Immelt, et le président de la République, Emmanuel Macron. Le PDG de GE a également annoncé des investissements dans le domaine de la haute tension sur deux autres sites français. A Saint-Priest (Métropole de Lyon) tout d’abord, le groupe prévoit l’expansion de son centre d’excellence mondial dédié aux équipements de réseaux haute tension. Cette expansion, pour laquelle le groupe prévoit l’embauche de 50 nouvelles personnes d’ici à la fin de l’année, doit répondre à un surcroit d’activité.

100 embauches en R&D à Massy

Enfin, GE a annoncé l’ouverture d’un centre de R&D sur les liaisons haute tension à courant continu sur son site de Massy (Essonne), avec 100 embauches prévues d’ici 2018. Le montant des investissements pour les projets à Saint-Priest et Massy n’a pas été communiqué.

"La demande mondiale pour des énergies fiables, abordables et durables continue de croître et la France dispose des talents, des infrastructures et d’une volonté politique forte pour accompagner le développement du secteur", a déclaré Jeff Immelt, qui va céder les rennes de GE à John Flannery en août prochain.

Lors des négociations avec le gouvernement pour le rachat de la branche énergie d'Alstom, en 2014, le conglomérat américain s'était engagé à afficher un solde net de 1000 créations d'emplois sur trois ans après son acquisition. Soit d'ici à fin 2018.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS