Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

GEMPLUSUN LECTEUR PORTABLE DE CARTES A PUCEGemplus développe le premier lecteur portable de cartes capable de traiter des données. A partir d'un composant original de Motorola et du système d'exploitation Oros, le numéro 1 mondial de la carte à puce a conçu son lecteur en un temps record.

Publié le

GEMPLUS

UN LECTEUR PORTABLE DE CARTES A PUCE

Gemplus développe le premier lecteur portable de cartes capable de traiter des données. A partir d'un composant original de Motorola et du système d'exploitation Oros, le numéro 1 mondial de la carte à puce a conçu son lecteur en un temps record.



Le premier déclic a eu lieu à Phoenix, en Arizona, au centre de recherche de Motorola, quand Bertrand Cambou a présenté à Marc Lassus les premiers prototypes de ce qui allait devenir VirtuoVue. C'était il y a trois ans. Français d'origine, le premier est vice-président et directeur de la recherche et de la technologie du secteur " semi-conducteurs " de Motorola. Le second est P-DG de Gemplus, leader mondial de la carte à puce. Marc Lassus n'est pas un client comme les autres de Motorola, puisqu'il a passé treize ans chez le fabricant de composants d'Austin. A Phoenix, Marc Lassus découvre une matrice de diodes en AsGa associée à une optique, le tout sur la même puce en verre. Ce composant ambitieux vient d'être développé. Son but : l'affichage virtuel de données, comme si l'utilisateur avait devant lui l'écran d'un PC. Le concept est intéressant, mais qu'en faire ? C'est lors d'un deuxième voyage aux Etats-Unis que Michel Leduc, responsable des développements matériels de Gemplus, enclenche le mécanisme de l'innovation. Séduit par le composant, il décide de développer le concept. Deux équipes d'ingénieurs se mettent au travail entre décembre 1995 et septembre 1996 pour mettre au point le premier appareil fondé sur ce composant. Onze mois plus tard, SmartVue, son nom de baptême, est dévoilé début novembre à l'occasion du salon Cartes, à Paris. SmartVue permet de visualiser les données inscrites dans la mémoire d'une carte à puce. " Le but est de donner l'impression à l'utilisateur qu'il est en face de son PC, la complexité en moins, assure Michel Leduc. De plus, les boutons de défilement qui se trouvent sur le SmartVue l'apparentent à une souris quant aux fonctionnalités. " Sous une apparente simplicité se cache en fait un système complexe. Toute la difficulté a consisté à le faire tenir dans un boîtier de dimensions 125 x 75 x 27 millimètres, pesant moins de 150 grammes et alimenté par deux piles de 1,5 volt du commerce. Le principal travail de développement a été de concevoir une interface entre le micro-contrôleur du lecteur et la puce de la carte. " Nous récupérons des données brutes, sous forme de bits informatiques, et nous les retraitons pour les rendre exploitables ", explique Thierry Karlisch, responsable du développement des terminaux et lecteurs de cartes à puce. Gemplus n'a pas eu à chercher très loin le système d'exploitation en temps réel. L'entreprise développe en interne le système Oros. C'est ce dernier qui permet le retraitement des données et leur affichage, exactement à l'image du système d'exploitation d'un PC. Oros permet notamment de faire de la compression- décompression d'images. Oros se trouve déjà dans tous les lecteurs fabriqués par la société de Gémenos. En effet, Gemplus fabrique depuis longtemps des terminaux et des lecteurs de cartes à puce. " Mais pas de terminaux de type bancaire, précise Thierry Karlisch. Nous fabriquons quelque 100 000 lecteurs par an. " Gemplus détient environ 35 % du marché des lecteurs de cartes de santé en Allemagne. Ce marché va commencer à se développer de ce côté-ci du Rhin, et c'est justement l'un de ceux qui intéressent le groupe pour SmartVue. Mais il y en a d'autres, comme les futurs cartes " porte-monnaie " que Visa a dans ses tiroirs, ou encore les cartes bancaires plus traditionnelles. " L'appareil en lui-même est ouvert, explique Thierry Karlisch. Tout dépend de l'application et de la confidentialité souhaitée par le client. " Motorola est attentif à l'évolution de sa technologie que Gemplus apprivoise. " La prochaine étape est de rendre ces lecteurs communicants ", prédit Jacques Michel, responsable des produits pour cartes à puce chez Motorola.



De VirtuoVue à SmartVue

La technologie employée pour l'affichage se nomme VirtuoVue. Elle a été développée par Motorola. Il s'agit d'une matrice de diodes électroluminescentes (DEL) à l'arséniure de gallium (AsGa), accompagnée d'un système optique permettant un affichage virtuel correspondant à un écran de 46 centimètres de diagonale vu à 1,5 mètre de distance. La résolution est de 34 560 éléments d'images (pixels), soit 240 colonnes par 144 lignes, ou encore 14 lignes de 40 caractères, avec 16 niveaux de gris. La matrice de DEL et les circuits de commande sont montés directement sur un support en verre. Avec VirtuoVue, Motorola entend bien séduire d'autres industriels, comme les fabricants de produits portables utilisateurs de graphismes, tels que les " pagers " ou les téléphones mobiles avec affichage.



L'enjeu

· Anticiper l'évolution du marché de la carte à puce en mettant au point le premier lecteur portable.

Le défi

· Intégrer de nouvelles technologies d'affichage.

Les moyens

· Six ingénieurs (trois de Gemplus et trois de Motorola) pendant neuf mois.



L'avis de l'expert

Jacky Cheval
, ingénieur au Sept (Service d'études communes de La Poste et de France Télécom)

"Au Sept, on a déjà travaillé sur ce type d'approche. Le développement de ces lecteurs se fera en fonction des besoins. La première application sera le porte-monnaie électronique, car le lecteur de poche est un outil idéal pour obtenir un solde. Un tel lecteur va modifier le rapport entre l'utilisateur de la carte à puce et cette dernière.

Les lecteurs pourront fonctionner soit d'une façon autonome, soit branchés sur un système informatique. En mode autonome, l'utilisation se fera avec une interface sans contact, pour des applications de billettique (métro...). En connectant le lecteur directement sur un PC ou une station de travail, les applications seront plutôt du type services en ligne. "

USINE NOUVELLE N°2575

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle