Gemalto profite d'un bond des transactions sécurisées

par Marie Mawad

Partager

PARIS (Reuters) - Gemalto commence à cueillir les fruits de sa réorientation vers les services et les logiciels, à la faveur d'un bond des transactions sécurisées, mais son activité historique dans la téléphonie mobile est restée soumise à d'importantes pressions au premier semestre.

Le groupe s'est diversifié ces dernières années pour miser moins sur la fabrication de cartes à puces, désormais standardisée et donc moins rentable, mais s'attend d'ici la fin de l'année à une amélioration dans le mobile, grâce notamment au déploiement du paiement sans contact (NFC).

"On est confiant sur le fait que la tendance de la téléphonie mobile s'est bien inversée et que fin 2011, et surtout en 2012 et 2013, on va retrouver de la croissance", a déclaré Olivier Piou, le directeur général du groupe, lors d'une conférence téléphonique.

Au total, la rentabilité des activités opérationnelles a accusé un recul de 0,4 point au premier semestre à 7,8%, en dépit d'une hausse de 14% de ses ventes à 928 millions d'euros.

La téléphonie mobile a vu ses ventes reculer de 3% à 444 millions, pour une marge de 6,9% (-1,9 point), alors que les transactions sécurisées bondissaient de 21% à 251 millions, pour afficher désormais la rentabilité opérationnelle la plus haute du groupe (10,5%, en amélioration de 7,8 points).

La bonne tendance dans les transactions sécurisées ne devrait pas s'estomper, estime Gemalto.

"C'est bien parti dans pas mal de pays du monde et ça ne tient pas encore compte des Etats-Unis", a déclaré Olivier Piou au sujet de cette division, qui regroupe notamment les cartes bancaires de nouvelle génération ainsi que sans contact.

Le directeur général a indiqué s'attendre "structurellement" à une croissance annuelle des ventes comprise entre 9% et 11% et à une profitabilité comprise entre 10% et 12%.

"C'est (une division) qui est maintenant structurellement dans une croissance à deux chiffres et probablement une profitabilité à deux chiffres", a-t-il expliqué.

Gemalto a confirmé son objectif visant un résultat des activités opérationnelles de 300 millions d'euros à l'horizon 2013.

La contribution des licences de brevets devrait toutefois être amoindrie en 2011 en raison d'une action en justice engagée par Gemalto aux Etats-Unis, précise la société. L'impact s'est d'ores et déjà fait sentir au premier semestre, ce segment s'étant effondré de 84%, à 3 millions d'euros de chiffre d'affaires.

L'action Gemalto a clôturé mercredi à 29,54 euros, dans une capitalisation boursière de 2,6 milliards d'euros. Le titre recule de 7,24% depuis le début de l'année, surperformant l'indice sectoriel européen des technologies (-16,7%).

Edité par Dominique Rodriguez

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS