Gemalto, au sommet de sa forme et engagé en France

Gemalto, spécialiste de la sécurité numérique, présente un chiffre d’affaires semestriel en forte progression avec 1,016 milliard d’euros. L’occasion pour le directeur général, Olivier Piou, de défendre sa position en France face aux interrogations des syndicats.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

 Gemalto, au sommet de sa forme et engagé en France

Même si il reste prudent, Olivier Piou, directeur général de Gemalto, a de quoi se réjouir au vu des résultats semestriels de son entreprise. "Nous avons quasiment réalisé un chiffre d'affaires historique en dépassant la barre du milliard d’euros, insiste-t-il. Et nous allons même essayer d’atteindre notre objectif fixé en 2009 avec un an d’avance". L’entreprise visait alors des bénéfices annuels de 300 millions euros en 2013, ce qui pourrait donc se concrétiser dès cette année.

"Plus de 3 ans de carnets de commande"

Gemalto progresse sur tous ses segments. Depuis le mobile, les transactions sécurisées, le sans contact jusqu’aux plus traditionnelles activités de cartes bancaires. "Dans la téléphonie mobile, c’est fabuleux, nos profits ont plus que doublé, s’enflamme le DG, évoquant les segments sur lesquels l’entreprise s’est diversifiée au fil des ans. La sécurité représente désormais 19% du chiffre d'affaires et est plus profitable que les cartes bancaires."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Autant de secteurs pour lesquels Gemalto peut par ailleurs s’appuyer sur plusieurs années de revenus. "60% de l’activité de la sécurité est réalisée sur le long terme, explique-t-il. Nous avons plus de trois ans de carnet de commandes". De quoi résister à la crise ? "D’autant mieux qu’il s’agit une crise européenne et que nous, nous travaillons dans 190 pays dans le monde, rappelle Olivier Piou. Des régions qui ont bien compris l’intérêt des passeports numériques, des services 24/24, du vote électronique, etc., contrairement à la France par exemple".

Une excellente activité à l’international qui maintient l’emploi en France

Pour répondre aux inquiétudes de plusieurs syndicats dont la CFE-CGC de Gemalto SA (France) justement quant à l’implication de l’entreprise dans son pays d’origine, la France, le dirigeant insiste, piqué au vif : "Notre croissance se fait hors de France et je suis le premier à le regretter ! Nous ne réalisons que 7% du chiffre d'affaires dans le pays. Et la France exporte 84% de sa production. Mais tant que notre activité est bonne à l’international, elle nous permet de maintenir les emplois en France. Nous avons une présence tout à fait équilibrée sur le territoire avec sept sites dont la R&D de la Ciotat et de Meudon. Nous avons 3000 salariés avec un volume net d’embauches de 300 personnes depuis 2009".

Les délégués syndicaux CFE-CGC estiment aussi que les excellents résultats réalisés par Gemalto ne sont pas suffisamment partagés avec l’ensemble des employés. Selon eux, ses dirigeants bénéficieraient en particulier d’un montant disproportionné d’actions gratuites. Une position qui hérisse le patron de l’entreprise : "Tous les employés de Gemalto ont reçu des actions gratuites aux même conditions que le management, avec en particulier l’obligation de rester dans l’entreprise jusqu’en 2014. Quant aux rémunérations des dirigeants, elles sont décidées par les actionnaires."

Et les perspectives pour la société sont bonnes en France, assure Olivier Piou. "Nous avons énormément de perspectives de croissance dans les télécoms,les services bancaire, le cloud, la billetterie, le sans-contact dans les transport. Nos brevets ont été retenus par la justice. Nous avons créé une société jointe avec le britannique ARM et l’allemand Giesecke & Devrient pour la sécurité des objets connectés. Enfin, nous avons réalisé des acquisitions en France…"

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS