L'Usine Auto

Geely : Li Shufu, un entrepreneur obstiné

,

Publié le

Il aura fallu un an de négociations pour finaliser le rachat de Volvo par Geely, le premier constructeur chinois, indépendant. Futur rival des grands groupes automobiles, Geely est avant tout le résultat d’un entrepreneur à l’histoire exemplaire.

Geely : Li Shufu, un entrepreneur obstiné

En bouclant le rachat de Volvo pour 1,8 milliard de dollars, le partron de Geely, Li Shufu a du se souvenir de ses débuts, longtemps avant cette consécration. Avant de devenir la 123ème fortune chinoise, l’histoire officielle veut que Li Shufu, autodidacte issu d'une famille pauvre du Zhejiang, ait commencé en vendant des photographies à des paysans. Fort de ses revenus ainsi engrangés, il investit très vite dans une petite fabrique de recyclage d’électroménager avant de s’agrandir et devenir fabricant de frigidaires et congélateurs. Las, en 1990, le gouvernement ferme une grande partie des usines d’électroménager au prétexte d’un développement chaotique.

Visionnaire, Li Shufu se tourne alors vers l’automobile, persuadé que la classe moyenne émergeante aura très vite besoin de véhicules à prix abordables.
 

Mais les autorités, préférant contrôler le marché de l'automobile, lui refusent la licence de fabrication. Officiellement, il fera des scooters, avant d’acheter une licence de véhicules utilitaires, des minivans,  à l’Etat. En 1998, il produira ses premières automobiles « minivans », puis quelques années plus tard obtient de l’Etat le label de constructeur automobile.

Ensuite l’histoire s’enchaîne rapidement. En 2009, Geely vend presque autant de voitures en Chine que Volvo dans le monde : plus de 300 000, contre 334 800 en 2009 dans le monde pour Volvo. Geely emploie plus de 12 000 personnes, dont 1600 ingénieurs -réparti sur 6 sites d'assemblages à travers la Chine-, et possède un réseau de distribution de 500 concessionnaires et 600 stations services.  Toujours en 2009,  Goldman Sachs investit plus de 334 millions de dollars dans Geely, suivie par les banques d’Etat chinoises. Lesquelles soutiennent désormais le constructeur dans son rachat de Volvo. Le groupe se donne comme  objectif de produire deux millions de voitures d’ici à 2015, contre 100.000 en 2004. Une ambition renforcée par ce rachat avec 22 000 employés de plus à intégrer, dont 16 000 en Suède.


RECEVEZ GRATUITEMENT TOUS LES JEUDIS LA NEWSLETTER « LA SEMAINE DE L'AUTOMOBILE »

La saga GM au jour le jour, Renault et PSA au coude à coude,alliance entre Fiat et Chrysler, Peugeot offensif, Audi et VW en concurrence avec Toyota et Honda, de la voiture électrique à la pile à combustible, les rebondissements de l'actualité automobile se passent sur usinenouvelle.com.


Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

29/03/2010 - 19h17 -

Moi, j'ai un Geely depuis un an, la SK1,
je trouve que LI a raison, il y en a qui ont besoin de voitures et ne peuvent payer plus que le prix d'une Geely,
en plus elle est géniale,
et! je vis en Syrie et ici, dans le tiers monde arabe, Geely se vend trop bien aussi.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte