Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

GE supprime 12 000 postes dans l’énergie, la France n’est pas touchée

Marion Garreau

Publié le , mis à jour le 07/12/2017 À 15H29

General Electric a annoncé jeudi 7 décembre la suppression de 12 000 postes dans le monde dans le cadre de la restructuration de sa branche énergie. Selon des sources syndicales, au moins 4 500 postes devraient disparaître en Europe. Un porte-parole de GE France a confirmé à L'Usine Nouvelle que la France n'est pas touchée.

GE supprime 12 000 postes dans l’énergie, la France n’est pas touchée
General Electric a confirmé jeudi qu'il supprimerait 12.000 postes dans le monde dans le cadre d'une restructuration de son pôle énergie. /Photo d'archives/REUTERS/Brian Snyder
© Brian Snyder

Après avoir annoncé en novembre qu'il voulait recentrer les activités de son conglomérat, le PDG de General Electric John Flannery commence à détailler les coupes dans les effectifs. Le groupe a annoncé jeudi 7 décembre la suppression de 12 000 postes dans le monde dans le cadre de la restructuration de sa branche énergie. Cela représente environ 18% des effectifs de la division GE Power. Un porte-parole de GE France a confirmé à l'Usine Nouvelle que la France n'est pas touchée par ces suppressions.

Mais ses voisins européens, eux, le seront. Mercredi, plusieurs médias citant des sources syndicales ont évoqué la suppression de 4 500 postes en Europe sur les seules activités énergie de l'ex-Alstom, acquises par GE en 2015. Jeudi, General Electric a annoncé son intention de supprimer 1 600 emplois en Allemagne sur les sites de Mannheim, Stuttgart, Berlin, Mönchengladbach et Cassel, et 1 400 autres en Suisse.

"Un sursis"

Les syndicats français ne sont pas pour autant rassurer. "Même si nous sommes épargnés par les restructurations actuelles de GE, ce n’est qu’un sursis", a déclaré dans une interview à l'Usine Nouvelle Laurent Santoire, délégué CGT, à la veille de ces annonces. Ce sursis, la France le doit à l’accord signé en 2015 par le gouvernement français et GE lors de la reprise des activités énergie d’Alstom. Un accord qui tombera fin 2018.

Rien ne garantit donc aux sites français d'être épargnés à long terme, GE ayant déjà décidé de supprimer 345 postes dans les activités hydrauliques du site de Grenoble. Les raisons de rester vigilants sont d'autant plus grandes que GE entame une mue profonde. "Les plans annoncés aujourd’hui sont guidés par les difficultés rencontrées sur le marché de l'énergie à l'échelle mondiale. Les marchés de l’énergie traditionnels, notamment le gaz et le charbon, connaissent un ralentissement.", précise le communiqué publié jeudi. Avec ces 12 000 suppressions d'emplois, GE Power espère atteindre son objectif annoncé de 1 milliard de dollars de réduction des coûts structurels en 2018.

Plus globalement, le conglomérat américain veut réduire ses coûts de 3.5 milliards de dollars en 2017 et en 2018. En novembre, le PDG John Flannery a annoncé le recentrage des activités de GE sur l’aéronautique, le médical et l’énergie, impliquant la cessions de 20 milliards de dollars d'actifs.

GE n'est pas le seul équipementier historique de l’énergie à engager une telle restructuration. Siemens a annoncé la suppression de 6 900 postes à partir de 2020 sur un effectif de 351 000 salariés, dont la moitié dans sa branche énergie. En justification, les deux groupes invoquent un retournement du marché de l’énergie. Certes, les cours durablement bas du pétrole et la baisse des prix de l’électricité freinent les investissements captés en partie par les renouvelables. Mais si le marché est volatil et incertain, il ne s’est pas retourné aussi brutalement.

Marion Garreau avec Reuters

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus