Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

GE paiera 50 millions d'euros faute d'avoir créé 1.000 emplois nets

, ,

Publié le , mis à jour le

Le conglomérat américain avait promis de créer 1 000 emplois depuis son acquisition de la branche "énergie" d'Alstom en 2015.

GE paiera 50 millions d'euros faute d'avoir créé 1.000 emplois nets
General Electric paiera 50 millions d'euros de pénalités, qui seront versés à un "fonds de réindustrialisation" spécialement créé en France, faute d'avoir tenu ses engagements en matière de création d'emplois, a annoncé mardi le ministère de l'Economie. /Photo d'archives/REUTERS/Daniel Becerril
© Daniel Becerril

General Electric paiera 50 millions d'euros de pénalités, qui seront versés à un "fonds de réindustrialisation" spécialement créé en France, faute d'avoir tenu ses engagements en matière de création d'emplois, a annoncé mardi le ministère de l'Economie.

GE avait promis de créer 1.000 emplois nets en France avant la fin 2018 lors du rachat de la branche énergie d'Alstom, en 2015.

"L'évolution des marchés de l'énergie et l'accélération de la transition énergétique limitant fortement le marché des turbines à gaz, n'ont (...) pas permis d'atteindre l'objectif de création de 1.000 emplois nets", écrit Bercy dans un communiqué.

Le groupe américain a bien recruté 3.000 personnes mais le solde ne dépassait pas les 25 emplois en fin d'année dernière.

Un fonds dédié aux énergies renouvelables

"Dans ce contexte et conformément à ses engagements, GE a confirmé la création d’un fonds de réindustrialisation doté de 50 millions d’euros, qui sera logé à la Caisse des dépôts et consignations", précise le ministère.

Ce fonds sera piloté par un comité réunissant des représentants désignés par GE, les collectivités locales concernées et les services de l'Etat sous la présidence d'une personnalité "spécialiste de l'industrie", fait encore savoir Bercy.

Cette décision a été entérinée lors de la réunion, à Bercy, d'un comité de suivi en présence du ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, de la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher et de la direction du conglomérat.

A cette occasion, "GE a également marqué ses intentions de développement à long terme en France, notamment pour (se) développer dans le domaine des énergies renouvelables", peut-on lire dans le communiqué.

Les investissements réalisés par GE en France représentent près d'un milliard d'euros, lit-on également.

Le groupe américain souligne dans un communiqué avoir "fait le maximum pour créer des emplois" et avoir "tenu ses engagements contractuels signés avec l’Etat" dans "un contexte de marché particulièrement difficile."

 

Avec Reuters (Simon Carraud, édité par Sophie Louet)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle