Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

GE et Alstom prêts pour le "closing" du 2 novembre

Olivier Cognasse , ,

Publié le

A l’occasion du forum Ecomagination organisé à Paris, le PDG de General Electric, Jeff Immelt , a confirmé le closing pour lundi 2 novembre et le solde de net de 1000 emplois en France dans les trois prochaines années.

 

Bonne nouvelle pour les salariés d’Alstom dans l’attente depuis des mois. Après différentes interprétations sur les chiffres annoncés, l’engagement de General Electric en termes d’emplois sur le territoire français sera bien de 1000 emplois nets, notamment dans le digital et les énergies renouvelables a confirmé Jeff Immelt , le patron du groupe américain, aujourd’hui jeudi 29 octobre, lors d’un point presse organisé en amont du forum Ecomagination, organisé par GE.

Il a également validé la date du 2 novembre pour le closing à propos du rachat des activités énergies d’Alstom par General Electric. A propos de l’éolien offshore, les premières turbines tourneront au large des côtes américaines dès l’été prochain. L’occasion pour l’industriel de l’énergie de montrer toute son implication dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Et le forum sur le programme Ecomagination lancé depuis une dizaine d’années est l’occasion de montrer toute la bonne volonté du géant américain et de créer une dynamique sur l’environnement. 

10 milliards de dollars dans les technologies propres
Depuis 2005, il a généré 200 milliards de dollars de revenus et a permis de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 31%.

GE qui a investi 15 milliards de dollars en recherche et développement dans ce programme, a annoncé qu’il dépenserait 10 milliards de dollars dans les cinq prochaines années sur les technologies propres. L'industriel, qui souhaite réduire son empreinte carbone de 20% d’ici à 2020, a noué dans le cadre d’Ecomagination des partenariats avec des industriels comme le français Total.

L’objectif est de créer des systèmes hybrides d’énergie plus propres et la mise en place des énergies renouvelables dans les régions en développement, comme en Afrique.

Avec Intel, il s’agit de développer des techniques et avec le projet de ville pilote Masdar, pour diminuer l’intensité énergétique du traitement des eaux usées.

Enfin avec  la compagnie pétrolière norvégienne, Statoil, le but est de réduire les émissions et d'augmenter l’efficacité en développant de nouvelles technologies dans l’énergie, afin de diminuer l’utilisation de l’eau dans la fracturation hydraulique pour extraire le gaz et pétrole de schiste, et les émissions de CO2 provoquées par le gaz naturel qui s’échappe des puits de pétrole.

Un partenariat qui laisse songeur. Si l’on doit laisser une grande partie des réserves d’énergies fossiles dans le sol pour éviter de passer à la fin du siècle la barre fatidique des 2°C de hausse des températures,  ce n’est pas le moment d’investir dans la fracturation hydraulique, même pour la rendre plus verte.


Olivier Cognasse

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle