GDF Suez vend des actifs au Panama et au Costa Rica pour réduire sa dette

GDF Suez a annoncé ce jeudi 14 août la cession de ses actifs au Panama et au Costa Rica à la société colombienne Celsia, une transaction qui doit réduire d'environ un milliard de dollars (748 millions d'euros) sa dette nette consolidée.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

GDF Suez vend des actifs au Panama et au Costa Rica pour réduire sa dette

Pour réduire sa dette, GDF Suez a annoncé ce jeudi 14 août qu'il allait céder des actifs au Paname et au Costa Rica à la société colombienne Celsia. Cette transaction doit permettre au groupe français de réduire sa dette nette consolidée d'envion un milliard de dollars, soit 748 millions d'euros.

L'opération, qui sera finalisée à la fin de l'année, concerne au Panama le complexe hydroélectrique de Dos Mares, d'une puissance de 118 mégawatts, la centrale au fioul de Cativa (83 mégawatts), et les 51% que détient l'énergéticien français dans la centrale à fioul et charbon de Bahia Las Minas (249 mégawatts). Le parc éolien de Guanacaste (50 mégawatts), lui aussi inclus dans la transaction, est situé au Costa Rica.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une dette nette de 26 milliards d'euros

"Les produits de cette transaction seront redéployés afin de consolider ses positions et de concrétiser de nouvelles opportunités dans les pays à forte croissance", indique GDF Suez dans un communiqué. Dans cette région du monde, l'énergéticien français, à travers sa filiale GDF Suez Energy Latin America, possède aussi des actifs en Argentine, Brésil, Chili, Pérou et Uruguay.

Fin juillet, GDF Suez avait fait état d'une dette nette en repli à la fin juin à 26 milliards d'euros. Les résultats opérationnels du groupe se sont par ailleurs contractés au premier semestre, pénalisés par un marché déprimé de l'électricité en Europe, un hiver clément qui a pesé sur la demande de gaz et par l'arrêt de deux réacteurs nucléaires en Belgique.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS