Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

GDF Suez prédit un recul de ses performances pour 2013

, , , ,

Publié le , mis à jour le 28/02/2013 À 08H52

GDF Suez a publié des résultats en hausse en 2012, jeudi 28 février. L'industriel a toutefois confirmé que ses performances devraient reculer en 2013 et 2014 en raison notamment de la crise européenne qui affecte la demande en gaz et électricité.

GDF Suez prédit un recul de ses performances pour 2013

L'énergéticien a maintenu dans un communiqué qu'il visait un résultat net récurrent part du groupe compris entre 3,1 et 3,5 milliards d'euros cette année et la suivante, contre 3,8 milliards enregistrés en 2012 (+11%).

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne 3,6 milliards d'euros.

Le bénéfice net part du groupe non récurrent a en revanche reculé de 61% à 1,55 milliard d'euros, reflet de deux milliards d'euros de dépréciations comptables d'actifs, européens pour l'essentiel, liées au ralentissement du marché européen de l'énergie et à la faiblesse des taux d'utilisation des centrales à gaz.

Les ventes de GDF Suez ont atteint un niveau historique de 97 milliards d'euros (+7%), fruit d'un retour à des conditions climatiques normales en France et au développement en Amérique latine et en Asie.

"L'année 2012 a été marquée par l'accélération de la transformation du groupe, avec une organisation plus rationalisée", a déclaré Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez, au cours d'une téléconférence de presse. "Nous combinons aujourd'hui la flexibilité à nous adapter dans les marchés matures, comme l'Europe, et également à accélérer au grand international pour saisir la croissance de certains marchés."

En termes d'Ebitda, GDF Suez table sur un chiffre compris entre 13 et 14 milliards d'euros en 2013, contre 17,03 milliards enregistrés en 2012 (+3,0% en données publiées et +3,6% en données organiques). La croissance de l'Ebitda l'an dernier s'explique notamment par le rattrapage tarifaire engagé en France et par les premiers effets du plan de performance 2015.

Ce plan prévoit notamment une réduction d'un tiers environ de la dette à fin 2014, avec un objectif de 30 milliards environ. L'endettement net du groupe a baissé de deux milliards d'euros entre septembre et décembre dernier, pour revenir à 43,9 milliards d'euros fin 2012.

Après impact de la cession du slovaque SPPP, finalisée le 23 janvier dernier, la dette ressort désormais à 42,8 milliards.

L'action GDF Suez a clôturé mercredi à 14,41 euros, donnant une capitalisation boursière de l'ordre de 34,8 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, le titre a perdu 7,5%, après une chute de 26,2% en 2012.

(Reuters, par Gilles Guillaume)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle