GDF Suez plébiscité par les actionnaires, publié au journal officiel

Partager

Après deux ans et demi de rebondissements politiques, juridiques et syndicaux, le nouveau géant mondial de l'énergie est enfin né. Hier matin, les actionnaires de Suez, réunis à La Défense, ont approuvé avec un score de 99,6 % le traité de fusion, ainsi que la mise en Bourse de Suez Environnement le 22 juillet (le même jour que GDF Suez). Puis, en fin d'après-midi, 99,9 % des actionnaires de Gaz de France, réunis au Palais des congrès de Paris, ont donné leur aval au mariage, qui aura un effet rétroactif au 1er janvier 2008. Ce matin, l'arrêté de privatisation de GDF, signé par la ministre de l'Economie Christine Lagarde, est paru au journal officiel. Début juin, les administrateurs des deux entreprises avaient déjà validés la fusion, avant que l'Autorité des marchés financiers ne donne son feu vert mi-juin.

L'union entre le gazier public (depuis 1946) et le groupe privé d'énergie, d'eau et de déchets consiste juridiquement en une fusion-absorption de Suez par Gaz de France, avec l'échange de 22 actions Suez contre 21 titres GDF et la mise en Bourse de Suez Environnement (eau et déchets), pour compenser la différence de valeur boursière entre les deux groupes. 65 % du capital de Suez Environnement sera distribué aux actionnaires de Suez, tandis que GDF Suez en conservera 35 %.

Le leader mondial de l'énergie, détenu à 35 % par l'Etat français

Le capital du nouvel énergéticien sera détenu à 55 % par les actionnaires de Suez et à 45 % par ceux de Gaz de France. Son principal actionnaire restera l'Etat français, qui possédait 80,2 % de GDF, avec 35,6 % des actions, suivi avec 5,3 % par le groupe Bruxelles Lambert, dirigé par l'homme d'affaires belge Albert Frère. GDF Suez sera doté d'un conseil d'administration de 24 membres : 10 proposés par Suez, 10 par GDF (dont 7 représentants de l'Etat) et 4 représentants des salariés. Gérard Mestrallet (actuel patron de Suez) en sera le P-DG, tandis que Jean-François Cirelli (actuel patron de GDF) occupera les responsabilités de vice-président et de directeur général délégué.

Employant près de 200 000 personnes (dont 62 000 pour le pôle Environnement), le nouveau géant de l'énergie affichera le premier chiffre d'affaires du secteur, avec environ 75 milliards d'euros. Devant E.ON (69 milliards), EDF (60 milliards) et Enel (44 milliards). Troisième capitalisation boursière française, GDF Suez pèsera un peu plus de 90 milliards d'euros, contre 81 milliards pour E.ON.

En concurrence avec EDF

Présent sur l'ensemble de la chaîne énergétique (de l'amont à l'aval en passant par les services), le futur concurrent d'EDF, notamment à travers des offres combinées gaz-électricité, constituera le premier acheteur de gaz en Europe, le leader mondial pour le gaz naturel liquéfié (GNL), le premier opérateur européen de réseau de transport et de distribution de gaz et le deuxième opérateur de stockage de gaz et de terminaux méthaniers en Europe. Le nouveau groupe, qui dispose déjà d'une capacité de production d'électricité d'origine nucléaire par l'intermédiaire de Suez, souhaite se développer dans l'atome. Une première bataille avec EDF pourrait se dérouler sur la construction du second EPR français. Dossier sur lequel GDF Suez pendra une décision d'ici début 2009.

Le nouveau groupe a déjà prévu d'investir 10 milliards d'euros par an jusqu'en 2010, dans la production électrique, l'exploration et la production de GNL, les énergies renouvelables et les infrastructures de stockage, de transport et de distribution. Jean-François Cirelli a confirmé devant la commission des affaires économiques du Sénat qu'il n'y aurait « aucun plan social et aucun licenciement dû à la fusion, car il n'y a quasiment aucun doublon entre les deux entreprises ». D'ailleurs, pour Gérard Mestrallet, « le plus grand défi sera le renouvellement des collaborateurs et le maintien des compétences dans un groupe où 25 % des personnels ont plus de 50 ans ». GDF privatisé, GDF Suez ne devra pas moins respecter ses obligations de service public. Un nouveau contrat est actuellement en discussion avec l'Etat.

Matthieu Maury

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS