GDF Suez : le retour au nucléaire par la Turquie

GDF Suez est bien parti pour opérer la centrale nucléaire que MHI et Areva vont construire en Turquie. Une excellente nouvelle pour l’énergéticien, dont les activités dans l’atome étaient en demi-teinte ces dernières années.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

GDF Suez : le retour au nucléaire par la Turquie

On aurait pu croire que le premier énergéticien mondial était doucement en train de tourner la page du nucléaire. Entre les problèmes sur les cuves de ses deux centrales belges et l’impossibilité pour le groupe de se faire une place dans l’atome en France, GDF Suez était de plus en plus prudent sur ses objectifs. D’ailleurs, cela faisait des mois que son PDG, Gérard Mestrallet, n’annonçait plus de pourcentage précis sur la part du nucléaire dans le mix électrique de son groupe. C’était sans compter sur la Turquie.

Ankara et Tokyo ont signé vendredi 23 mai un accord d’Etat à Etat pour construire quatre réacteurs pour une centrale près de Sinop, dans le nord du pays. Cet accord précise la technologie choisie, franco-japonaise : l’Atmea, réacteur de 1 150 MW développé par Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Areva. Or, depuis 2011 et le début de l’appel d’offres, GDF Suez est au côté de MHI pour définir les conditions de rachat de l’électricité produite par les réacteurs.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Fort de ce succès, GDF Suez devrait signer une lettre d’intention avec MHI d’ici l’été pour s’impliquer plus officiellement dans le projet turc. A terme, il serait co-opérateur de la centrale de Sinop avec l’électricien turc EÜA? et deux acteurs japonais. GDF suez, qui détiendrait 20 % de la centrale selon nos sources, sera le seul opérateur expérimenté dans le nucléaire.

GDF Suez grille la politesse à EDF

Pour GDF Suez, c’est presque une revanche. Le franco-belge a toujours poussé le projet Atmea. Fin 2010, l’industriel était sur le point de s’entendre avec le gouvernement Fillon sur la construction d’un Atmea dans la vallée du Rhône. Mais en mars 2011, l’accident de Fukushima a tiré un trait sur les nouveaux projets nucléaires en France (l’Atmea, mais aussi l’EPR à Penly)

Avec cette annonce, GDF Suez grille aussi la politesse à EDF. Depuis plusieurs semaines, on attend la signature de l’électricien national avec le Royaume-Uni pour construire deux EPR à Hinkley Point. Mais les négociations sur les tarifs de rachat de l’électricité sont extrêmement difficiles et la signature d’un accord définitif tarde. A noter que GDF Suez est aussi présent avec Iberdrola dans les projets nucléaires britanniques dans le cadre du consortium Nugen. Mais une décision d’investissement n’est pas attendue avant 2015.

Ludovic Dupin

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS