Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

GDF Suez : Gérard Mestrallet à l’assaut du Nouveau Monde

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

À l’occasion de ses vœux à la presse, le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, a décrit la mutation à marche forcée de son groupe. De l’ancien monde centralisé de l’énergie, vers un Nouveau Monde décentralisé et digitalisé.

GDF Suez : Gérard Mestrallet à l’assaut du Nouveau Monde © D.R.

2015 est une année spéciale pour le patron de GDF Suez, Gérard Mestrallet. En avril prochain, il fêtera ses 66 ans. Et il entame sa dernière année en tant que PDG. Une société "qui est redevenue la première capitalisation mondiale du monde de l’énergie", se réjouit-il avant d’évoquer les hauts faits de l’année passée !

Poussé par une Europe de l’énergie dévastée et en décroissance, le groupe n’a pas hésité à engager une métamorphose profonde pour passer du "monde ancien au monde nouveau", explique Gérard Mestrallet. "Nous glissons à très grande vitesse du monde de l’énergie centralisée à celui du monde de l’énergie décentralisée, décarbonnée, digitalisée où les consommateurs veulent consommer plus vert, voire produire eux-mêmes leur énergie".

Une direction féminisée

Et il ne s’agit pas seulement d’un beau discours. "En 2014, nous avons déprécié le monde ancien de 14 milliards d’euros" rappelle-t-il. Ces dépréciations d’actifs ont touché principalement des centrales à gaz en Europe, dont près de 12 GW ont été mis sous cocon car jugées peu rentables malgré leur service aux réseaux électriques. Le PDG estime que son groupe a pu s’infliger ce remède de cheval car "deux tiers de notre production est hors d’Europe. Or c’est l’Europe qui est l’homme malade". Sur le Vieux Continent, "la transition énergique est lancée et rien ne pourra l’arrêter", ajoute-t-il optimiste. "Notre feuille de route est simple dans un monde complexe. Notre challenge est d’inventer l’énergéticien de demain, de devenir acteur de la rupture", conclut-il.

Pour conquérir ce Nouveau Monde, Gérard Mestrallet procède à un renouvellement - et à une féminisation - de sa gouvernance. Charge est donnée à Isabelle Kocher, ancienne directrice financière et désormais nouvelle directrice générale déléguée, d’établir la nouvelle feuille de route de l’énergéticien. "Nous avons demandé à Isabelle de nous faire des propositions pour améliorer encore l’efficacité du groupe et identifier les leviers permettant d’accélérer cette transformation", explique le PDG. Le groupe a également recruté sa nouvelle directrice générale adjointe en charge des finances, Judith Hartmann. Loin d’être une novice de l’énergie, cette dernière a travaillé douze ans chez General Electric.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle