GDF Suez croit dans les nouvelles applications du gaz naturel liquéfié

GDF Suez veut se placer en leader du marché GNL de détail. Il s’agit de substituer des carburants traditionnels par du gaz liquéfié ou d’alimenter en gaz des industries isolées des réseaux gaziers.

Partager

GDF Suez croit dans les nouvelles applications du gaz naturel liquéfié

Quand on s’appelle GDF Suez, qu’on est le troisième importateur mondial de gaz naturel liquéfié (GNL), c’est une flotte de 17 méthaniers de 150 000 à 200 000 m3 que l’on doit guider chaque jour à travers les mers du globe. Rien de trop pour s’imposer sur un marché mondial de près de 250 milliards de dollars par an. Pourtant, chez GDF Suez, il en est qui croient au GNL de détail… Un monde où le gaz liquéfié se transporte en petites quantités : par petits méthaniers de 5 000 m3 ou par camions de 40 m3. "C’est la dentelle du GNL", s’amuse Denis Bonhomme, directeur de la stratégie du GNL chez GDF Suez.

Ces petits volumes sont destinés à "de nouveaux usages du GNL comme source d’énergie pour des industries isolées du réseau de gaz ou comme carburants", rapporte Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez. L’application carburant, en substitution de carburants traditionnels, semble particulièrement prometteuse pour le transport routier, le transport maritime et, dans une moindre mesure, pour le ferroviaire.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un marché de 5 milliards de dollars

Aux Etats-Unis, la faiblesse des prix du gaz, grâce aux hydrocarbures, favorise la substitution du diesel pour les grands camions. En Europe, de nouvelles législations sur la désulfuration des carburants dans la marine favorisent un remplacement du fioul lourd, très polluant. En Asie, plus prosaïquement, la soif insatiable d’énergie laisse la place au GNL carburant. La technologie des réservoirs et des moteurs GNL existe déjà. Mais elle est coûteuse. Dans le cas de camions, une motorisation GNL coûte plusieurs milliers de dollars de plus qu’un moteur diesel et demande des réservoirs deux fois plus grands pour la même autonomie.

Les marchés alternatifs sont aujourd’hui de "petite" dimension : 5 milliards de dollars par an dans le monde. D’ici à 2025, ce marché de détail pourrait compter pour 13 % des volumes de GNL échangés dans le monde, prédit Gérard Mestrallet, le PDG de GDF Suez... soit un marché mondial de 30 à 50 milliards de dollars.

Ludovic Dupin

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS