L'Usine Energie

Gaz : Nord Stream inauguré, South Stream dans les tuyaux

Publié le

Le 6 septembre restera une date clé pour le gaz russe. C’est ce jour là que le Premier ministre russe Vladimir Poutine inaugure le gazoduc Nord Stream. Parallèlement, c’est ce jour là qu’a choisi Gazprom pour annoncer la signature du pacte d'actionnaires de l'autre gazoduc South Stream.

Gaz : Nord Stream inauguré, South Stream dans les tuyaux © Gazprom

Vladimir Poutine et l'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder ont tous deux mis en service la station de compression de Portovaïa, près de Vyborg sur les bords de la mer Baltique. Une étape clé avant l’ouverture prévue en octobre des vannes du gaz naturel du gazoduc stratégique. Il va en effet permettre d’approvisionner directement l’Europe occidentale en passant par la Baltique.

Le gazoduc est long de 1 224 km et doit permettre de transporter 55 milliards de mètres cubes de gaz par an jusqu’à l’Allemagne, en traversant notamment les eaux territoriales de la Russie, de la Finlande, de la Suède, du Danemark et de l'Allemagne. Une manière de contourner les pays voisins de la Russie par lesquels transite l’essentiel du gaz russe destiné à l’Europe. La Russie est actuellement en conflit sur les tarifs du gaz avec l’Ukraine, comme souvent dans le passé déjà. Kiev tente en effet de renégocier à la baisse le prix du gaz acheté à la Russie. De son côté la Russie pose comme condition que l’Ukraine accepte enfin d’entrer dans l’Union douanière formée par Russie, le Bélarus et le Kazakhstan. Elle souhaite aussi que l’Ukraine cède ses propres réseaux à Gazprom.

Au total, selon le Premier ministre russe, le volume de gaz fourni sera comparable à l’énergie produite par onze centrales nucléaires. Pour l’heure, seule une conduite d’une capacité de 27,5 milliards de mètres cubes est en fonction depuis mai. La seconde devant être achevée fin 2012.

Parallèlement à cette inauguration, le patron de Gazprom Alexeï Miller annonce que le pacte d’actionnaires du projet South Stream sera signé le 16 septembre prochain. Une bonne nouvelle pour le groupe français EDF, qui doit recevoir une part de 15% dans ce projet. Dans le détail, Eni recevra 20%, Gazprom 50%, EDF et Wintershall 15% chacun.

Ce gazoduc long de  3 600 km doit permettre notamment d’alimenter la Grèce et l’Italie en gaz via la mer Noire et les Balkans. Il doit être mis en service à la fin 2015. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte