Gaz de schiste : un réservoir de croissance ?

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Gaz de schiste : un réservoir de croissance ?

N'en déplaise à Nathalie Kosciusko-Morizet, le débat sur les gaz de schiste est loin d'être enterré en France. Alors que l'on vient de donner corps à la commission nationale d'évaluation des techniques d'exploration et exploitation des gaz et huiles de schistes, les industriels commencent aussi à se mobiliser pour que l'on rouvre le dossier.

Après Christophe de Margerie, le patron de Total, qui confiait il y a quelques semaines que la France ne pouvait ignorer cette ressource, ce sont les chimistes qui ont demandé cette semaine de remettre cette question sur la place publique. Pour cette industrie, pouvoir exploiter des gaz de schistes en France leur permettrait de regagner en compétitivité et de maintenir leurs activités en France.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour cela, il s'appuie sur l'exemple américain qui a vu refleurir dans le sillage des gaz de schiste toute une industrie qui avait été délocalisée. "On fabrique à nouveau aux USA du polyéthylène ou du PVC", s’étonnait un patron d’un grand industriel français ces derniers jours.

Les gaz de schiste seraient donc bon pour le Made in France ? Sans aucun doute. D’abord parce qu'il créerait de l'activité dans notre pays. Selon une étude commise par le cabinet de conseil IHS, l’exploitation des gaz et pétrole non-conventionnel aux Etats-Unis aurait créé 600 000 emplois et généré près de 2 milliards de dollars d’investissement.

Ensuite parce que nous possédons en France toutes les compétences pour bâtir un véritable écosystème autour de cette nouvelle énergie. Avec Total, avec l'ingénieriste Technip, avec le fabricant de tube Vallourec, avec le champion du traitement de l'eau Veolia, avec Alstom et ses turbines également, nous possédons tous les savoir-faire nécessaires pour tirer profit de cette ressource… et faire plancher nos bureaux d’études et charger nos usines.

Maintenant, nous sommes tous d'accord pour dire qu'il ne faut pas exploiter ces gaz comme des cowboys, si je puis dire. Il faut analyser finement les risques (environnementaux, sismiques…) pour pomper proprement cette ressource, pour ne pas jouer les apprentis sorciers. Mais il convient aussi de regarder honnêtement les opportunités que nous procurerait cette énergie "drill in France". En forant notre sous-sol, c'est aussi un peu de croissance, d'emplois et d'investissements que nous ferons remonter à la surface !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS