L'Usine Energie

Gaz de schiste : Montebourg reçoit le soutien de Fabius

, , , ,

Publié le

Vidéo Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, se dit favorable à une exploration "propre" du gaz de schiste en France. Il se range à la position de son collègue de Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, contre l’alliance Duflot-Martin, la ministre du Logement et celui de l’Ecologie. Tels sont les habituels participants au débat houleux autour du gaz de schiste qui anime le gouvernement. Le premier veut que la France explore son potentiel de gaz de schiste par l’utilisation de technologies alternatives à la fracturation hydraulique. Les deux autres s’y opposent, considérant que la recherche d’hydrocarbures ne va pas dans le sens de la transition énergétique.

Même si Arnaud Montebourg est capable de leur tenir tête tout seul, il a reçu, ce lundi 10 février, un soutien de poids en la personne de son collègue Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères. Interrogé sur RTL, l’ancien Premier ministre se dit favorable à une exploration du potentiel de gaz de schiste par une technologie autre que celle de la fracturation hydraulique. "Ma position est simple. Le système actuel de fracturation hydraulique est mauvais pour l'environnement. Donc ce n'est pas celui-là qu'il faut exploiter. En revanche, que l'on fasse des recherches pour savoir s'il y une autre possibilité d'exploiter le gaz de schiste, ça me paraît normal", explique le ministre. Il ajoute : "L'histoire du progrès et de la gauche a toujours été ouverte à la réalité scientifique".

La fracturation au propane

En faisant référence à une autre technologie que celle de la fracturation hydraulique, Laurent Fabius évoque la proposition d’Arnaud Montebourg d’employer la technologie de la fracturation au propane. Cette technologie permet de se passer de l’utilisation d’eau et d’une partie des adjuvants chimiques lors de la fracturation des roches dures recelant du gaz. Elle évite ainsi tout risque de contamination, selon les tenants de cette technologie.

Le ministre du Redressement productif serait même prêt à soumettre un rapport en ce sens au président de la République, une fois les élections municipales passées. Arnaud Montebourg a d’ailleurs confirmé son intention de continuer le combat pour l’exploration, ce lundi 10 février. Il déclarait devant les journalistes qu’il ne faut pas se refuser de réfléchir à des technologies non polluantes.

Bernard Accoyer, l’ancien président UMP de l’Assemblée nationale, a réagi et demande au Premier ministre de clarifier la position du gouvernement sur le gaz de schiste. Il regrette que "depuis deux ans, cédant au 'terrorisme intellectuel' d'une partie de sa majorité dénoncé par Arnaud Montebourg, le Premier ministre ait refusé d'appliquer la loi du 13 juillet 2011 (loi interdisant la fracturation hydraulique) et de mettre en place le Comité national d'orientation, de suivi et d'évaluation des techniques d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux prévu par ce texte".

Des industriels favorables à la fracturation hydraulique

La volonté de certains politiques de permettre l’utilisation de technologies alternatives à la fracturation hydraulique pourrait être perçue comme une victoire pour l’industrie pétrolière, prête à explorer et exploiter le sous-sol français. Mais ce n’est pas aussi évident. Le 4 février dernier, le Groupement des entreprises parapétrolières (GEP) avait publié un court documentaire dénonçant le film d’opposants Gasland. Dans cette vidéo, les technologies alternatives ne sont pas du tout mises en avant. Au contraire, les industriels préfèrent insister sur la maîtrise et l’innocuité de la fracturation hydraulique largement employée aux Etats-Unis et interdite en France.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte