Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Gaz de schiste et coût du travail : les secrets de la compétitivité américaine

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

Analyse Avec un coût de production industrielle de 8 à 16 % moins élevé que dans les grandes économies industrialisées, les Etats-Unis deviennent le pays "low cost" de l’occident. Grâce au faible coût du travail et au gaz de schiste.

Gaz de schiste et coût du travail : les secrets de la compétitivité américaine © .RGB. - Flickr - C.C.

La compétitivité de l’industrie américaine croît sans cesse depuis 2005. Conséquences : les exportations du pays sont au plus haut depuis 50 ans et les Etats-Unis connaissent une vague de réindustrialisation avec la ruée de grands groupes comme Toyota, Honda, Siemens ou encore Michelin. Selon une étude du Boston Consulting Group, le pays pourrait ravir, d’ici à 2015, 70 à 115 milliards de dollars d’exportations aux autres grands pays industrialisés, en particulier l’Allemagne, la France, l’Italie, le Royaume-Uni et le Japon. Face à ces pays, les Etats-Unis possèdent deux principaux avantages : le coût du travail et le coût de l’énergie.

Le coût du travail américain est 16 % moins élevé qu’au Royaume-Uni, 18% moins élevé qu’au Japon, 34 % moins élevé qu’en Allemagne et 35 % moins élevé qu’en France et en Italie. Principale raison de ces écarts, selon le cabinet : "Il est plus facile et moins coûteux aux Etats-Unis (…) d’ajuster la dimension de la force de travail pour répondre à l’environnement du business." Comprendre : les conditions des plans sociaux sont plus simples, ce qui constitue "une considération majeure quand une société industrielle décide où faire un investissement à long terme en matière de capacité manufacturière", expliquent les analystes. A cela s’ajoute le fait que les salaires sont plus bas et que les usines bénéficient beaucoup des nouvelles technologies numériques diminuant la masse salariale.

La maîtrise de la fracturation hydraulique

Pour ce qui est de l’énergie, le pays bénéficie "des progrès technologiques rapides en matière de fracturation hydraulique". Il donne accès dans des conditions économiques favorables aux réserves de gaz de schiste. D’une part, les entreprises américaines bénéficient d’un prix du gaz 2,6 à 3,8 fois moins élevé que dans les autres pays industrialisés. Indirectement, le pays est passé d’une électricité produite au charbon à une électricité au gaz. Ainsi, l’électricité est 61 % plus chère en France, 92 % plus chère au Royaume-Uni, 107 % plus chère en Allemagne et 135 % plus chère au japon.

En prenant en compte ces facteurs, en 2015, les coûts de productions manufacturières, par rapport aux Etats-Unis, seront 8 % plus élevés au Royaume-Uni, 10 % plus élevés au japon, 16 % plus élevés en Allemagne et en France et 18 % plus élevés en Italie. Les principaux secteurs bénéficiaires sont les transports, le secteur énergétique, la chimie, l’informatique, l’électronique, la mécanique et la métallurgie. Si les Etats-Unis deviennent le pays "low cost" des pays industrialisés, le coût de la production industrielle y est toutefois encore supérieur de 5 % à celui de la Chine.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

23/08/2013 - 09h54 -

"Le coût du travail américain est 16 % moins élevé qu’au Royaume-Uni, 18% moins élevé qu’au Japon, 34 % moins élevé qu’en Allemagne et 35 % moins élevé qu’en France et en Italie"

Peut on avoir le détail de ces calculs ? Histoire de vérifier que ce que dit le BCG n'est pas biaisé :-)

merci
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle