Economie

Gattaz plaide pour un salaire transitoire en-dessous du Smic

Astrid Gouzik ,

Publié le

A l’occasion de son point presse mensuel, ce mardi 15 avril, le président du Medef a stigmatisé le niveau élevé du Smic. "Une marche d'escalier à franchir en France" pour trouver du travail, a-t-il insisté.

Gattaz plaide pour un salaire transitoire en-dessous du Smic

Début avril, après la sortie de Pascal Lamy, l’ex-directeur général de l’OMC, prônant les petits boulots payés en-dessous du Smic, les réactions avaient fusé. Cela n’a pourtant pas découragé Pierre Gattaz, le président du Medef.

Lors de son point presse mensuel, le patron des patrons a, en effet, affirmé être sur la même ligne que Pascal Lamy. Et il a défendu l’idée d’un salaire transitoire inférieur au Smic. "Le niveau élevé du Smic est une marche d'escalier à franchir en France" pour trouver du travail, a-t-il défendu.

Cela permettrait, selon lui, "d’avoir temporairement un système permettant la première année" pour "un jeune ou quelqu'un qui ne trouve pas de travail, de rentrer dans l'entreprise de façon transitoire avec un salaire adapté, qui ne serait pas forcément le salaire du Smic".

Ce système, a-t-il fait valoir, "permettrait de mettre le pied à l'étrier". "Il vaut mieux quelqu'un qui travaille dans l'entreprise avec un salaire un peu moins élevé que le Smic, de façon temporaire et transitoire, plutôt que de le laisser au chômage". "Avec un niveau de chômage à 11%, cela fait partie des pistes à explorer", a-t-il souligné appelant "le gouvernement et les partenaires sociaux" à en débattre.

Suite à ces déclarations, Force ouvrière a répliqué par voie de communiqué. Pierre Gattaz "entend ressusciter un Smic jeunes", estime le syndicat. "Une telle proposition est indécente et sera combattue par Force ouvrière".

Selon FO, cette demande "devrait faire réfléchir le gouvernement qui accède très facilement aux revendications du Medef", notamment en dispensant "les employeurs de leurs cotisations aux accidents du travail et aux maladies professionnelles pour les salariés au Smic".

Réagir à cet article

4 commentaires

Nom profil

15/04/2014 - 19h39 -

Très bonne proposition à appliquer aux politiques lors de leurs premières prises fonctions quelque soit le niveau. Exemple : le président de la république dont c'est le premier mandat serai payé pendant ce mandant en dessous du smic. même topo pour les pdg !
Répondre au commentaire
Nom profil

15/04/2014 - 19h08 -

Quand j’embauche un jeune, je dispose d’un mois d’essai puis de la possibilité de lui proposer un temps partiel pour voir s’il fait l’affaire. Je n’ai pas besoin d’autre chose pour lui « mettre le pied à l’étrier ». Lui verser un SMIC lui permet déjà à peine de survivre. Le SMIC est ce qui a permis à la France de limiter la casse des salaires. Que veut M. Gattaz ? Retourner au 19e siècle ? Que les salariés français aient les mêmes conditions de vie que celles qui prévalent au Bangladesh ?
Répondre au commentaire
Nom profil

15/04/2014 - 18h25 -

Faire baisser le chômage en baissant les salaires: Voilà le retour de la caricature du patron libéral qui cherche à rentabiliser ses profits sur le dos de ces salariés, au nom du "réalisme économique"...
Répondre au commentaire
Nom profil

15/04/2014 - 18h19 -

Honteux. Ils ont déjà des stagiaires pour une misère... On marche sur la tête. Comment relancer l'économie avec moins que le SMIC qui est déjà bien bas..
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte