Gattaz plaide pour un salaire transitoire en-dessous du Smic

A l’occasion de son point presse mensuel, ce mardi 15 avril, le président du Medef a stigmatisé le niveau élevé du Smic. "Une marche d'escalier à franchir en France" pour trouver du travail, a-t-il insisté.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Gattaz plaide pour un salaire transitoire en-dessous du Smic

Début avril, après la sortie de Pascal Lamy, l’ex-directeur général de l’OMC, prônant les petits boulots payés en-dessous du Smic, les réactions avaient fusé. Cela n’a pourtant pas découragé Pierre Gattaz, le président du Medef.

Lors de son point presse mensuel, le patron des patrons a, en effet, affirmé être sur la même ligne que Pascal Lamy. Et il a défendu l’idée d’un salaire transitoire inférieur au Smic. "Le niveau élevé du Smic est une marche d'escalier à franchir en France" pour trouver du travail, a-t-il défendu.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Cela permettrait, selon lui, "d’avoir temporairement un système permettant la première année" pour "un jeune ou quelqu'un qui ne trouve pas de travail, de rentrer dans l'entreprise de façon transitoire avec un salaire adapté, qui ne serait pas forcément le salaire du Smic".

Ce système, a-t-il fait valoir, "permettrait de mettre le pied à l'étrier". "Il vaut mieux quelqu'un qui travaille dans l'entreprise avec un salaire un peu moins élevé que le Smic, de façon temporaire et transitoire, plutôt que de le laisser au chômage". "Avec un niveau de chômage à 11%, cela fait partie des pistes à explorer", a-t-il souligné appelant "le gouvernement et les partenaires sociaux" à en débattre.

Suite à ces déclarations, Force ouvrière a répliqué par voie de communiqué. Pierre Gattaz "entend ressusciter un Smic jeunes", estime le syndicat. "Une telle proposition est indécente et sera combattue par Force ouvrière".

Selon FO, cette demande "devrait faire réfléchir le gouvernement qui accède très facilement aux revendications du Medef", notamment en dispensant "les employeurs de leurs cotisations aux accidents du travail et aux maladies professionnelles pour les salariés au Smic".

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS