Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Gattaz à l'Humanité, grève générale en Italie, la cybersécurité en mer... la revue de presse de l'industrie

Publié le

A lire dans cette revue de presse de l'industrie de ce vendredi 12 décembre : le président du Medef, Pierre Gattaz, invité du journal l'Humanité pour débattre avec le leader du Parti communiste, Pierre Laurent. Le Figaro revient sur le mouvement de grève générale en Italie. Un reportage de France Inter s'intéresse à la cyberprotection des navires dans le transport et la logistique maritimes.

Pierre Gattaz et Pierre Laurent : le débat

C'est un débat inédit à lire ce vendredi dans l'Humanité, le président du Medef, Pierre Gattaz, face au leader du parti communiste, Pierre Laurent. D'après l'AFP, c'est à l'initiative de Pierre Laurent que les deux hommes se sont rencontrés dans les locaux du journal communiste.

Morceaux choisis de cet échange moins virulent qu'attendu : "Je suis persuadé qu'en France on peut retrouver plein emploi : moins de 7% de chômeurs (...) en ce qui concerne le travail du dimanche, il faut demander à nos consommateurs et à nos salariés", assure Pierre Gattaz qui affirme avoir vu sur les Champs-Elysées "des jeunes femmes salariées qui pleuraient parce qu'on leur interdisait de travailler après 21H". "Vous ne pouvez pas dire ça !", lui rétorque Pierre Laurent pour qui "ce sont les patrons de la grande distribution qui empêchent les caissières de travailler à temps plein". "L'avenir de nos salariés n'est pas de travailler en permanence, jours, nuits et dimanches", ajoute-t-il.

"Le Medef est plus sûrement introduit dans les arcanes du système que je ne le suis et que ne le sont les syndicalistes et salariés. La vérité est que vous jouez un rôle politique permanent dans ce pays", lance Pierre Laurent au numéro un du Medef. "Dans 150 pays en concurrence avec la France, les 30 qui ont bien réussi depuis 15 ans sont ceux qui ont mis l'entreprise au-dessus des considérations politiques", répond Pierre Gattaz pour qui "les clients doivent gagner de la satisfaction, les hommes et femmes doivent garder de l'épanouissement" et "les actionnaires (...) récupèrent des sommes qu'ils ont investies". "Nous sommes dans une compétition mondiale où les règles du jeu dont quand même tournées autour de ces trois valeurs clés. Et je constate que les gouvernements de gauche ou de droite jouent selon cette règle du jeu", ajoute-t-il.

Les deux hommes s'entendent au moins sur un point : la critique du pacte de responsabilité même si les arguments diffèrent. Pour Pierre Gattaz, "il y a un manque de cohérence entre les discours et l'état d'esprit du pacte et les mesures qui sont prises". Pierre Laurent évoque quant à lui un dispositif venant "s'ajouter à toute une série de crédits d'impôt, de niches fiscales et d'exonérations de cotisations sociales qui se sont accumulées au cours des vingt dernières années sans aucun résultat en matière d'emploi".

Renzi affronte une grève générale en Italie

Le Figaro revient de son côté sur l'important mouvement de grève prévu en Italie ce vendredi. Les organisations syndicales appellent en effet à protester contre la politique économique et sociale de Matteo Renzi. La principale cible de la colère syndicale reste le "Jobs Act", la réforme du marché du travail voulue par le chef du gouvernement italien pour encourager les embauches. La loi, adoptée la semaine dernière, prévoit de faciliter les licenciements et de réduire les droits et protections des salariés dans leurs premières années de contrat.

Tous les secteurs d'activité devraient être touchés par la grève, même si l'autorité italienne compétente a interdit aux employés des transports ferroviaires de participer au mouvement car ces derniers ont également prévu des arrêts de travail samedi et dimanche et restent soumis à une obligation de service minimum.

Plusieurs compagnies aériennes ont déjà annoncé des suppressions de vols. La grève des contrôleurs aériens qui durera une bonne partie de la journée sera certainement lourde de conséquences sur le trafic aérien italien.

Les cyberpirates à l'abordage, quelles protections pour les navires ?

France Inter consacre ce matin un reportage à un point précis du plan d'investissement d'un milliard d'euros consacré à la cyber-défense : la protection du monde maritime.

D'après le BMI, le Bureau Maritime International, le transport et la logistique maritimes représentent en effet "le prochain terrain de jeux des pirates informatiques". Dans les bateaux modernes, tout est informatisé, ce qui explique que le transport maritime soit concerné par cette cyber menace. "Aujourd’hui il est possible pour un hacker (voire un État) de détourner des informations, de prendre le contrôle d’un navire ou même de son système d’armement", explique le reportage.

Pour Dominique Riban, de l’ANSSI (Agence nationale de sécurité des systèmes d’information), les spécialistes en cyber-défense ont identifié deux menaces principales : l’espionnage et le sabotage. Dans le premier cas, il s'agit de "voler les données techniques" pour par exemple connaître avec précisions le trajet emprunté par un bateau, une information qui peut potentiellement intéresser des concurrents ou des pirates. L'enjeu est de taille : les 20 000 containers transportés par les plus gros cargos du monde représentent une valeur de deux à quatre milliards de dollars !

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle