Gascogne Laminates ferme son site ardennais

Social

Partager

Depuis l'annonce, il y a 6 jours lors d'une réunion du comité d'établissement, de la fermeture programmée pour le 31 décembre, du site de Givet (Ardennes) de Gascogne Laminates SAS, les 56 salariés, qui bloquent les portes de l'usine, oscillent entre rage et désespoir.

La venue, demain, à Rethel (Ardennes) de Nicolas Sarkozy ne les rassérènent pas. « Il doit, paraît-il, annoncer des mesures pour l'emploi mais que pourra-t-il faire pour notre cas particulier. Il ne peut pas imposer aux actionnaires du groupe Gascogne (632,6 millions d'euros de chiffre d'affaires dont 263 millions à l'export en 2007, 2 730 salariés, Ndlr), auquel nous appartenons, de maintenir nos emplois », déclare, désabusé, un représentant du personnel.

Le site ardennais (ex-Sopal) est spécialisé dans la fabrication (100 millions de mètres carrés en 2007) de papier pour étiquettes, de kraft adhésif, de bandes de fermeture pour les cartons d'emballage. Depuis l'an dernier, le groupe souhaitait le dédier à la production de papier de timbres de sécurité pour lutter contre la contrefaçon. Une machine d'enduction avait, d'ailleurs, été rapatriée dans ce but, de l'usine hollandaise.

Mais, selon la direction, la baisse des marchés, la chute des prix, la hausse des matières premières rendent « la situation financière de Givet, catastrophique ». D'où la décision, apparemment irrévocable, de fermer le site.

Une nouvelle qui intervient alors que la pointe des Ardennes vient déjà d'apprendre le départ du centre d'entraînement commandos dans le cadre des restructurations de la Défense. Un départ qui vaut au bassin de Givet de bénéficier d'une enveloppe de 4 millions d'euros au titre des contrats de revitalisation qui doivent être conclus dans les zones touchées par cette réorganisation militaire.

Dans le même temps, plusieurs entreprises ont également cessé ou réduit leurs activités et, selon la CGT, au cours de ces derniers mois, ce sont plus de 200 emplois qui ont été supprimés.

Dans ce contexte, les élus du bassin d'emploi de Charleville-Mézières et de Givet, qui avait été un des premiers à l'expérimenter dès avril 2006, espèrent que le dispositif du contrat de transition professionnel, qui arrive à terme fin décembre prochain, sera reconduit.

De notre correspondant en Champagne-Ardenne, Pascal Ambrosi

Nouveau !
L'édition 2008-2009 de « L'Atlas des Usines » vient de sortir. Ce hors-série annuel de « L'Usine Nouvelle » propose le classement de 3 785 sites de production de plus de 85 salariés implantés en France. Il est en vente à notre librairie. Pour le commander en ligne, cliquez ici.

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS