L'Usine Santé

"Gare aux lingettes !" Un rapport d'une ONG dénonce les effets des cosmétiques pour bébés

,

Publié le

L'ONG Women in Europe for a common future (WECF) dévoile ce lundi 15 février un rapport accablant sur les produits cosmétiques destinés aux nourrissons. Sur 341 produits testés, la quasi-totalité sont composés d'ingrédients à risque élevé. 

Les cosmétiques pour bébés dangereux pour la santé ? C'est ce qui ressort d'une étude que doit dévoiler ce lundi 15 février l'ONG Women in Europe for a common future (WECF). Au total, l'ONG a étudié 341 produits cosmétiques destinés aux nourrissons, des produits trouvés dans des commerces en France - en pharmacie, parapharmacie, supermarché et spécialistes de produits bio - entre juillet et août 2015.

A partir des études du comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs (SCCS) et de l'agence française de sécurité du médicament (ANSM), l'association a recensé les ingrédients potentiellement néfastes présents dans ces produits, en les rangeant dans trois catégories : "risque élevé", "risque modéré" et "risque faible ou non identifié". Et en suivant cette méthodologie, 299 produits présenteraient un risque élevé, soit une très large majorité du panel.

Parmi les ingrédients les plus suspects, la méthylisothiazolinone ou MIT (un allergène par contact présent dans 19 des produits testés dont 7 marques de lingettes), le phénoxyéthanol (un conservateur soupçonné d'effets toxiques sur la reproduction et présent dans 54 produits dont 26 lingettes) ou encore des parfums susceptibles de déclencher des allergies (dans 226 produits).

Le caractère dangereux de certains produits avait déjà été dénoncé, c'est le cas par exemple du MIT, qui provoquerait irritations et eczémas d'après la société française de dermatologie. Or, il visait justement à corriger les effets négatifs d'un autre ingrédient, les parabènes, considérés comme des perturbateurs endocriniens...

Concernant les ingrédients à risque modéré, et retrouvés dans 181 produits, les accusés sont l'EDTA (qu'on trouve notamment dans les produits moussants comme les shampoings), les sulfates (laureth et lauryl sulfate), les huiles minérales issues de la chimie du pétrole et pouvant être contaminées par des impuretés et des nanoparticules. De plus en plus utilisées pour leur côté pratique et intuitivement rassurantes du fait de leur usage unique, ce sont finalement les lingettes qui inquiètent le plus. L'UFC-Que Choisir avait d'ailleurs déjà tiré la sonnette d'alarme en 2013 : sur 27 marques de lingettes au banc d'essai, 94% avaient été jugées potentiellement nocives.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte