Galileo : un GPS européen, à quoi ça sert ?

Galileo est l'un des plus vastes programmes spatiaux lancés par l'Europe. Depuis près de vingt ans, la Commission européenne et l'Agence spatiale européenne (ESA) travaillent de concert (pas toujours en harmonie) pour aboutir à la mise en oeuvre du premier système européen de positionnement et de navigation par satellite (radionavigation). Qu'est-ce que Galileo ? A quoi sert-il ? Que va-t-il changer ? Décryptage.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Galileo : un GPS européen, à quoi ça sert ?

galileo, qu'est-ce que c'est ?

Galileo est une constellation de 27 satellites actifs (et 3 en réserve) en orbite, à plus de 23 000 kilomètres d'altitude. Pendant les phases de test (Giove, Galileo In-Orbit Validation Element) et de validation (IOV, in-orbit validation), entre 2005 et 2013, quatre satellites ont été lancées et une première position en trois dimensions au sol a été enregistrée par le système en mars 2013.

La phase de déploiement du système doit débuter avec le lancement des deux premiers satellites opérationnels (FOC, Full Operational Capability). Initialement prévu le 21 août, il a été reporté au 22 aout en raison de conditions météorologiques défavorables.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Si la mise en orbite de FOC-1 et FOC-2 réussit, les premiers services de Galileo devraient débuter en 2015. Le système est prévu pour être pleinement opérationnel à partir de 2018.

galileo, à quoi ça sert ?

L'objectif de Galileo est simple : offrir une alternative aux systèmes existants - le GPS américain, le Glonass russe, le Beidou/Compass chinois - pour garantir l'autonomie de l'Union européenne dans le domaine stratégique de la radionavigation.

Depuis 1995, le système américain de positionnement par satellite domine le marché. Conçu par le Département de la Défense américain pour des applications militaires, le GPS (Global Positioning System) s'est imposé dans la sphère civile en ayant longtemps été le seul système opérationnel au monde, impliquant une dépendance problématique pour les Européens.

Au tournant des années 2000, la Commission européenne accepte le projet Galileo et le finance à hauteur de 5 milliards d'euros. Le "GPS européen" est en marche.

galileo, qu'est-ce que ça va changer ?

Galileo offrira les mêmes services que le GPS actuel : navigation par satellite gratuite pour les civils ; offres payantes à haute valeur ajoutée (précision centimétrique, authentification...), service sécurisé pour les transports aérien, maritime et terrestre ; service public réglementé (services d’urgence, transport de matières dangereuses, forces de l'ordre etc) ; service de recherche et de secours.

Pour l'utilisateur, pas de révolution majeure en vue : suite à un accord entre les Etats-Unis et l'Union européenne, les systèmes GPS et Galileo seront interopérables et interchangeables sur un même récepteur (téléphone portable, système intégré dans un véhicule, appareil portable pour la randonnée etc...). Une aubaine pour l'utilisateur qui bénéficiera d'un relais en cas de défaillance de l'un des systèmes.

Développé plus tardivement, Galileo constitue une avancée technologique par rapport au GPS, représentant la deuxième génération de système de navigation par satellite. Notamment grâce aux progrès réalisés dans la technologie des horloges atomiques, éléments fondamentaux du système : le maser à hydrogène passif (faisceau cohérent de micro-ondes, ancêtre du laser) développé pour les satellites Galileo par la société Spectratime permettra une précision de moins d'une nanoseconde par 24 heures d'une position (1 à 3 mètres contre 5 à 10 aujourd'hui avec le GPS) et une datation encore inégalées.

Elodie Vallerey

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS