Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Gaia, le satellite européen capable de mesurer un cheveu à une distance de 1000 kilomètres

Hassan Meddah , ,

Publié le , mis à jour le 17/12/2013 À 17H58

Enquête Notre galaxie observée sous toutes les coutures. C’est la mission du satellite Gaia qui sera lancé le 19 décembre par une fusée Soyouz depuis la Guyane. Il embarquera l’optique la plus complexe jamais réalisée pour aller dans l’espace. Durant cinq ans, le satellite va établir une carte précise de la Voie lactée recensant environ 1 milliard d’étoiles contre 100 000 pour Hipparcos, le satellite de la précédente génération. Le projet a coûté 740 millions d’euros, infrastructures au sol et lancement compris. Plusieurs technologies concourent à l’ultraprécision de ce satellite. Zoom sur cinq d'entre elles.

Des angles mesurés au laser

Un système à base de lasers mesure les distances au picomètre près (un millionième de millionième de mètre). Précision utile pour calculer de façon rigoureuse l’angle entre les deux télescopes, qui constituent l’optique de Gaia. Les variations mesurées par rapport à l’angle théorique de 106,5° permettront de corriger les images obtenues.

Fournisseur : TNO (Pays-Bas)

Débouchés possibles : nanotechnologies, microélectronique

Un composant quasi indéformable

Les miroirs du satellite sont portés par une structure circulaire de 3,5 m de diamètre. L’ensemble est constitué d’un même composant : le carbure de silicium. C’est un matériau céramique trois fois moins lourd que le verre et qui se déforme très peu malgré les grandes variations de température (– 180 à + 120 °C en fonction de l’exposition au soleil) et des efforts mécaniques. Cette stabilité dimensionnelle est nécessaire pour garantir la précision des images recueillies.

Fournisseurs : Astrium et Boostec (France)

Débouchés possibles : chimie, semi-conducteurs

Insensible aux rayons du soleil

Un bouclier de dix mètres de diamètre protège le satellite des éclairements directs du soleil et contribue à maintenir le télescope à une température constante de – 110 °C. La grande difficulté a été de concevoir sa géométrie, puisque le diamètre de la coiffe du lanceur est limité à 4 mètres. Il est constitué d’une douzaine de panneaux repliés qui se déploieront dans l’espace comme une fleur qui éclôt.

Fournisseur : Sener (Espagne)

Débouché possible : automatismes de précision

Un œil de lynx

Le satellite est en quelque sorte le plus grand appareil photo numérique construit pour être embarqué dans l’espace. Il est constitué d’une mosaïque de 106 détecteurs électroniques individuels mesurant chacun 6 x 4,7 cm et plus fins qu’un cheveu. L’instrument est assez sensible pour détecter les étoiles d’une luminosité jusqu’à 400 000 fois plus faible que celle visible à l’œil nu.

Fournisseur : e2v Technologies (Grande-Bretagne)

Débouchés possibles : imagerie pour les sciences de la vie, vision thermique

Des miroirs zéro défaut

Le profil de la surface du miroir doit être usiné et poli avec une précision inférieure à 10 nanomètres (soit 10 milliardièmes de mètre) pour permettre au télescope de délivrer des images sans défaut. Si l’un des miroirs avait la superficie de l’océan Atlantique, seuls quelques centimètres de relief seraient tolérés !

Prestataire : Sagem (France)

Débouchés possibles : lasers optiques, lithographie

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Usine Nouvelle N°3357-3358

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3357-3358

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 de L’Usine Nouvelle
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle