Fusion Nexter-KMW : la France et l'Allemagne à l'assaut de l'international

Après une longue période de fiançailles, le français Nexter et l'allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW), viennent officiellement d'acter leur fusion. La volonté annoncée des deux groupes d'armement est de constituer une force de frappe à l'exportation dans un marché mondial morcelé.

Partager

(Ministère de la Défense - Twitter)

Le rapprochement entre le groupe public d'armement français Nexter et la société allemande Krauss-Maffei Wegmann (KMW), signé officiellement ce mercredi 29 juillet, vise d'abord à constituer une force de frappe à l'export dans un marché mondial très morcelé.

La France espère que la nouvelle co-entreprise, qui n'a pas encore de nom, sera opérationnelle le 1er janvier 2016, après plusieurs formalités dont la promulgation de la loi "Macron" sur l'activité et l'emploi, qui autorise la privatisation de Nexter.

Mais il faudra beaucoup plus de temps pour que la fusion entre véritablement dans les faits, notamment en matière de spécialisation et de répartition géographique de ses activités.

Concernant les capacités productives, "on va rester sur l'organisation actuelle pendant un bon moment", souligne-t-on au ministère français de la Défense.

"Cela reposera beaucoup sur un projet commun", estime un expert, qui rappelle qu'il a fallu près de 15 ans au fabricant européen de missiles MDBA pour en arriver là.

STATU QUO

Dans un premier temps, Français et Allemands attendent donc surtout une mutualisation et une rationalisation de la recherche et développement, un regroupement des achats pour peser sur les fournisseurs et une mise en commun des réseaux d'exportation.

Selon le ministère, la nouvelle entreprise, détenue à 50-50 par l'Etat français, via GIAT Industries, et par la famille Bode-Wegmann, propriétaire de KMW, pèsera près de deux milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel et neuf milliards d'euros de commandes, pour une valorisation de l'ordre d'un milliard.

Elle deviendra numéro deux des armements terrestres en Europe derrière BAE systems, qui fait cependant l'essentiel de son chiffre d'affaires aux Etats-Unis, et le quatrième au niveau mondial, reléguant l'allemand Rheinmetall en cinquième position.

Elle emploiera environ 6 000 personnes, réparties à peu près équitablement entre Nexter et KMW, et sera aux trois quarts tournée vers l'exportation, ajoute-t-on de même source.

La transition devrait être facilitée par la relative complémentarité de Nexter et KMW, le groupe français étant un spécialiste des véhicules à roues, des canons et des munitions, et l'allemand des véhicules à chenilles et des "caisses".

SUSCEPTIBILITÉS

"Il y a peu de doublons", souligne un expert. Les plus flagrants sont le char lourd français Leclerc et le Léopard de KMW, ainsi que le véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) de Nexter et son concurrent allemand Boxer.

La conception d'un nouveau blindé lourd commun ne sera pas envisagée avant 2020, voir 2025, dit-on au ministère, où l'on souligne qu'aucun crédit n'est prévu pour cela dans l'actuelle loi de programmation militaire.

D'autant que la France a engagé la modernisation de ses Leclerc dans le cadre du programme Scorpion de rénovation générale de son parc de blindés, un projet de quatre à cinq milliards d'euros sur une dizaine d'années, que Nexter, Renault Trucks Défense (RTD) et Thalès continueront de mener à bien.

"On compte aussi sur KMW pour faire en sorte que ce soit un succès à l'export", dit-on cependant au ministère de la Défense.

Les pouvoirs publics français misent également sur la capacité de la future entité à lancer des projets de sa propre initiative, sans attendre de financements publics.

On admet cependant du côté français qu'il y aura à mener un travail d'harmonisation des règles des deux pays en matière d'exportation d'armements, l'Allemagne étant plus pointilleuse.

Compromis

Le rapprochement Nexter-KMW n'a d'ailleurs pas toujours bonne presse en Allemagne, où ses détracteurs voient notamment d'un mauvais oeil la perspective de partager avec un ex-rival les avances technologiques allemandes.

Le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, était plutôt favorable à un rapprochement KMW-Rheinmetall.

Il a fallu ménager les susceptibilités de part et d'autre du Rhin, d'où le choix d'Amsterdam, aux Pays-Bas, pour installer le siège de la nouvelle entreprise.

Le rapprochement, qui n'entraînera en France ni réductions d'emplois, ni changement de statut des salariés, a cependant été plutôt bien accueilli par les syndicats de Nexter, fait-on valoir au ministère de la Défense.

(Par Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Spécialiste Equipements Sous Pression Nucléaires en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 18/01/2023 - CDI - Saint-Genis-Laval

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

33 - COBAN

Fourniture et travaux de pose et de dépose de signalisation spécifique

DATE DE REPONSE 23/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS