L'Usine Aéro

Fusion EADS/ BAE : un "test" pour l'américain Lockheed Martin

, , , ,

Publié le

Pour le PDG du groupe de défense Lockheed Martin, la position des autorités américaines va permettre de constater "s'il y aura ou pas une consolidation des grands" acteurs de la défense.

Fusion EADS/ BAE : un test pour l'américain Lockheed Martin © DR

Sommaire du dossier

La projet de fusion des groupes européens BAE Systems et EADS a été officialisé il y a seulement deux jours que, déjà, les concurrents de la potentielle future entité se positionne.

C'est le cas de l'américain Lockheed Martin, mastodonte de la défense aux Etats-Unis. Son PDG Robert Stevens a tenu ce 14 septembre une conférence de presse... et a répondu aux questions concernant le projet de fusion du siècle. En évoquant notamment son interrogation sur le positionnement futur du Pentagone vis-à-vis du nouveau groupe à naître.

"La politique au Pentagone, depuis un moment déjà, est de ne pas favoriser la consolidation des grands groupes" de défense, a-t-il rappelé, comme l'indique l'AFP.  Il dit donc regarder "avec un certain intérêt" le projet de rapprochement de BAE et EADS, "car je pense qu'ils vont tous les deux être perçus comme des grands fournisseurs par le ministère de la Défense".

"Cela pourrait être un test" d'une éventuelle évolution de la politique sur la consolidation du secteur, "et le secteur va regarder ça avec attention", a-t-il assuré.

"Nous serons prêts pour la concurrence si elle arrive", a affirmé le PDG de Lockheed Martin. "S'il y a quelque chose que nous voulons acheter nous l'achetons, s'il y a quelque chose que nous voulons vendre nous le vendons, nous n'allons pas être influencés outre mesure par une réaction concurrentielle d'autres entreprises", a-t-il martelé.

"Nous continuons de gérer notre entreprise en tablant sur une augmentation de la concurrence", qui arrivera "qu'il y ait réduction des budgets (de la défense aux Etats-Unis) ou pas, que cette fusion se fasse ou pas", rapporte l'AFP.

Et d'imaginer "une grande transaction compliquée", en particulier parce qu'elle implique plusieurs pays.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte