L'Usine Aéro

Fusion EADS/BAE : le gouvernement français prend son temps

, , ,

Publié le

Le consortium européen EADS est en pleine négociation avec la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne pour évaluer la part de chaque Etat dans le capital de la future entité qu'il espère former avec BAE Systems.

Fusion EADS/BAE : le gouvernement français prend son temps © EADS

Sommaire du dossier

Peu prolixe depuis le 12 septembre et l'annonce du projet de fusion entre les groupes d'aéronautique et de défense européen EADS et britannique BAE Systems, le gouvernement français s'exprime par bribes sur le sujet.

Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue ce 17 septembre, le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici s'est prononcé pour un "examen approfondi" de la part des gouvernements, a-t-il déclaré à Londres comme le rapporte l'AFP.

Le projet de fusion pose "beaucoup de questions", notamment en terme d'"intérêts stratégiques" ou d'"effets industriels", et y répondre "prendra du temps", a-t-il ajouté.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte