Fusion Alstom/Siemens: Mise en garde du patronat européen à l'UE

PARIS (Reuters) - Les règles de concurrence doivent être révisées pour permettre aux entreprises européennes d'être compétitives sur le marché mondial, a déclaré mardi le directeur de Business Europe, le patronat européen, qui redoute l'impact d'un rejet par la Commission de la fusion Alstom-Siemens.
Partager
Fusion Alstom/Siemens: Mise en garde du patronat européen à l'UE
Les règles de concurrence doivent être révisées pour permettre aux entreprises européennes d'être compétitives sur le marché mondial, a déclaré mardi le directeur de Business Europe, le patronat européen, qui redoute l'impact d'un rejet par la Commission de la fusion Alstom-Siemens. /Photo prise le 30 janvier 2019/REUTERS/Arnd Wiegmann

La Commission européenne, qui a émis des réserves sur le projet de fusion visant à concurrencer le numéro un mondial chinois CRRC dans le domaine ferroviaire, devrait se prononcer - négativement - mercredi sous prétexte que la concurrence sera affectée dans l'Union, selon des sources.

"On soutient la politique de l'agence de concurrence européenne parce que c'est important pour le fonctionnement du marché intérieur et c'est aussi important parce que c'est l'un des seuls instruments que l'on a au niveau mondial", a déclaré Markus Beyrer, qui était invité au siège du Medef à Paris à l'occasion du lancement de la campagne "Merci l'Europe".

"Dans le même temps, le monde a changé. Ça ne sera plus suffisant de regarder uniquement le marché intérieur européen. Il faut voir aussi la taille d'une façon différente et il faut réfléchir (à une façon) d'être compétitif au marché mondial."

"Donc il nous faut clairement un changement de politique et ça passera par une application des règles qui tiennent compte de ces changements au niveau mondial. Et si ce n'est pas possible, il faudra réfléchir à changer ces règles", a-t-il ajouté.

"La crainte que j'ai un peu vis-à-vis de ce cas spécifique (...) si ça tourne mal, ça peut être assez nuisible aussi à la politique de concurrence européenne et une décision négative de la Commission européenne "ne serait pas comprise par une bonne partie des pays européens", a ajouté Markus Beyrer.

LE MEDEF VEUT DES "CHAMPIONS EUROPÉENS"

Pour le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, l'Europe a besoin de champions européens.

"Traditionnellement, la concurrence était regardée sous le regard de la protection des consommateurs, (...) mais aujourd'hui le marché il est mondial", a-t-il expliqué.

"Savoir si la part de marché des géants européens est trop importante en Europe, c'est prendre une seule partie du problème. Il faut regarder le marché mondial, où sont les autres concurrents, quelle taille font les concurrents chinois ou américains", a-t-il ajouté en se disant pour la fusion.

Les gouvernements français et allemands ont exhorté à plusieurs reprise la Commission européenne à approuver cet accord. La ministre chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a qualifié dimanche ces règles "d'absurdes" et s'est promis de se battre pour les changer.

Mais la messe semble dite.

Le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, a assuré mardi dans un discours devant des industriels à Bruxelles que son institution ne bloquait pas une fusion pour le plaisir.

Les précautions prises montrent que "nous croyons à une concurrence équitable pour tous", a-t-il dit, rappelant que la Commission n'avait bloqué que 30 projets de fusions depuis sa création et en avait approuvé plus de 6.000.

"Nous ne faisons jamais de politique ou ne manifestons jamais de préférence quand il s'agit d'assurer des conditions de concurrence égale".

Reste à savoir quelles seront les conséquences d'un refus programmé de la Commission sur la survie d'Alstom.

"A court terme, ça ne pose pas de problème, c'est une entreprise qui gagne de l'argent, le problème c'est le long terme", déclare une source à l'Elysée. "Ce n'est pas un problème de mort rapide, là c’était une construction de suprématie technologique de très long terme."

(Caroline Pailliez, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS