Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Furosémide : le parquet ouvre une enquête préliminaire

Astrid Gouzik ,

Publié le , mis à jour le 12/06/2013 À 15H43

L'Agence du médicament (ANSM) a inspecté le site de la filiale du groupe israélien Teva Pharmaceutical, à Sens. Elle s’est terminée mardi 11 juin sans qu’aucun dysfonctionnement n’ait été décelé. Ce mercredi 12 juin, le parquet de Paris a indiqué avoir ouvert une enquête préliminaire pour tromperie aggravée et homicides et blessures involontaires.

Furosémide : le parquet ouvre une enquête préliminaire © Gatis Gribusts - Flickr - C.C

Actualisation à 15h28 - En début d'après-midi, ce mercredi 12 juin, on apprenait l'ouverture d'une enquête préliminaire pour tromperie aggravée, homicides et blessures involontaires, mise en danger de la vie d'autrui et administration de substance nuisible. Le pôle santé de Paris a confié l'enquête à l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp) et à la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN).

Alors que l’ANSM a terminé son inspection à Sens, sur le site de la filiale de Teva, le groupe pharmaceutique a indiqué n’avoir pas pris de décision quant à un éventuel dépôt de plainte.

"Pour le moment, aucune décision n'a été prise en ce qui concerne un dépôt de plainte par Teva France. Ni dans un sens, ni dans l'autre", a-t-on affirmé, à l'issue d'une réunion interne en présence du patron de la société française consacrée à cette affaire, comme le rapporte l’AFP.

Le laboratoire Teva France fait l’actualité depuis la fin de la semaine dernière suite à l'erreur de conditionnement de boîtes du diurétique Furosémide qui pourrait être à l'origine de trois décès et à deux hospitalisations. Les comprimés de Furosémide proviennent de Hongrie et sont mis en plaquettes et en boîtes à Sens, tandis que le somnifère zopiclone provient d'Espagne, selon l'Agence du médicament.

D’après un expert en pharmacie, le Pr François Chast (hôpital Cochin), la malveillance était "l'une des hypothèses possibles" pour expliquer la présence de ce somnifère dans des boîtes de diurétique.

Astrid Gouzik

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle